fbpx

45e Festival du nouveau cinéma, innovateur et généreux (partie 2)

La 45e édition du Festival du nouveau cinéma de Montréal, doyen des festivals de films au Canada, se déroulera du 5 au 16 octobre

 

Ce sont très de 380 films et événements qui seront présentés pendant ces 11 jours de festivités qui se déploieront dans les 11 lieux.

 

Présentation de la programmation du Panorama international, Temps Ø, Présentations Spéciales, Courts métrages, Histoires de cinéma, Documentaires sur le cinéma

 

Panorama international

Avec une sélection de 22 films, ce programme nous donne à voir une vision contrastée et engagée du nouveau cinéma mondial.

Les longs métrages sont :

  • Affame ton chien, Hicham Lasri (Maroc, France);
  • Les Colons, Shimon Dotan(France, Israël, Canada, Allemagne) ;
  • The Death of J. P. Cuenca, João Paulo Cuenca (Brésil) ;
  • Ember, Zeki Demirkubuz (Turquie, Allemagne) ;
  • Fallow, Laurent Van Lancker (Belgique) ;
  • El Gusto, Safinez Bousbia (Irlande, Algérie) ;
  • Harmonium, Kôji Fukada (Japon) ;
  • The Land of the enlightened, Pieter-Jan De Pue (Belgique, Irlande, Pays-Bas, Allemagne) ;
  • The Last omelette – The making of The Land of the enlightened, Grégoire Verbeke (Belgique) ;
  • Lost and beautiful, Pietro Marcello (Italie);
  • Maquinaria Panamericana, Joaquin Del Paso (Mexique) ;
  • Merci Patron!, François Ruffin (France) ;
  • Moi, Nojoom, 10 ans, divorcée, Khadija Al-Salami (Yémen, France, Émirats arabes unis) ;
  • Le Peuple interdit, Alexandre Chartrand (Québec / Canada) ;
  • Sand Storm, Elite Zexer (Israël) ; Scarred Hearts, Radu Jude (Roumanie) ;
  • Soy Nero, Rafi Pitts (Allemagne, Mexique, France) ;
  • Theater of life, Peter Svatek (Canada) ;
  • Les Vies de Thérèse, Sébastien Lifshitz (France) ;
  • Welcome to Iceland, Felix Tissi (Suisse) ;
  • Wolf and sheep, Shahrbanoo Sadat (Danemark, Suède, France, Afghanistan) et Yamato (California), Daisuke Miyazaki (Japon, États-Unis, Taïwan, Pays-Bas).

 

Temps Ø

Cette année encore, Temps Ø offre un programme foisonnant mêlant cinéastes rebelles et films mordants.

  • Guillaume Nicloux est de retour avec son dernier opus, The End, dans lequel Gérard Depardieu erre seul, perdu dans la forêt, en hallucinant et en hurlant.
  • Tout aussi drôle et décalé, Apnée met en vedette la célèbre troupe française de théâtre des Chiens de Navarre qui débarquent au cinéma dans ce film déjanté à l’humour totalement absurde, tandis que la réalisatrice française Lucile Hadzihalilovic présentera son conte fantastique, visuel et angoissant Évolution.
  • Le Japon sera aussi bien représenté avec le réalisateur culte Sion Sono, qui sera présent deux fois plutôt qu’une : en sujet du documentaire The Sion Sono de Arata Oshima tout d’abord, dans lequel il se dévoilera, mais aussi avec son dernier film Antiporno, sans doute son plus radical, deuxième volet d’un « roman porno » nouveau, après Wet Woman in the Wind de Akihiko Shiota qui sera également présenté.
  • Deux célèbres malédictions japonaises sont également de retour dans Sadako vs. Kayako, de Kôji Shiraishi, tandis que la star montante du cinéma japonais, Tetsuya Mariko, récompensé du Prix du cinéaste émergent au dernier Festival de Locarno, présentera Destruction Babies.
  • Après avoir fait un détour par la Mostra de Venise et le Festival de Film de Toronto, Vincent Biron viendra présenter Prank, conte comique et cruel sur le passage à l’âge adulte.
  • A cela s’ajoute Alipato : the very brief life of an ember, œuvre néo-punk par l’enfant terrible du cinéma philippin Khavn De La Cruz ; Director’s Cut d’Adam Rifkin, une satire mordante sur l’industrie du cinéma ;
  • Je me tue à le dire, la nouvelle pépite du cinéma belge signée Xavier Seron ;
  • Porno e Liberta, documentaire de Carmine Amoroso, sur la pornographie des années 1970 en Italie et
  • Zoology de Ivan I. Tverdovsky, qui avait fait forte impression avec son premier long-métrage Correction Class, présenté au FNC 2014.

Le Festival honorera enfin plusieurs classiques du genre avec les projections événements de Big trouble in Little China de John Carpenter, qui fêtera son 30e anniversaire, Phantasm : Remastered, le chef-d’œuvre de Don Coscarelli, présenté ici dans une version restaurée en 4K que le réalisateur J. J. Abrams a lui-même supervisé, et Year of the Dragon, le polar culte de Michael Cimino, qui sera projeté en 35mm.

 

Présentations Spéciales

Projections-événements et classes de maître sont au menu de cette section.

 

Outre la projection commentée de Belgica ainsi que les classes de maître de Felix Van Groeningen et de Jennifer Reeder, soulignons la projection spéciale du film Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau, le long métrage de Mathieu Denis et Simon Lavoie, couronné du Prix du Meilleur film canadien au dernier Festival International de Film de Toronto.

Également diffusé dans le cadre d’une projection spéciale, le film événement de Ulrike Ottinger, Chamisso’s Shadow, d’une durée de 720 minutes, sera présenté en intégralité (en quatre parties). Partie sur les traces du romancier et scientifique du XIXe siècle, Albert von Chamisso, aux confins du monde, d’Alaska jusqu’au Kamchatka via Chukotka, la grande réalisatrice allemande livre ici un film journal de bord fascinant.
Au programme également : la première nord-américaine de Solange et les vivants, le tout premier film de Ina Mihalache, qui reprend ici le personnage qu’elle a créé et qui l’a fait connaitre à travers les capsules Solange te parle, diffusées sur Youtube ; ainsi qu’une projection commentée par Katerina Cizek, la pionnière canadienne du documentaire numérique, lauréate de deux Emmys Awards pour ses créations multimédia.
Notons enfin les classes de maître de deux cinéastes reconnus sur la scène internationale :

le réalisateur israélien Nadav Lapid qui s’est imposé avec ses deux premiers films Le Policier et L’Institutrice, et le réalisateur autrichien Ulrich Seidl, qui a concouru deux fois pour la Palme d’Or à Cannes et a été primé au Festival de Venise en 2012 pour son film Paradis : Foi.
Dans le cadre de cette section, plusieurs courts métrages seront aussi projetés : des films provenant de Suisse dans le programme Suisse mon amour !, des courts métrages des communautés autochtones lors du Lancement 2016 des courts métrages du Wapikoni Mobile et des œuvres présentées en collaboration avec le festival Vienna Independent Shorts au sein du Festival Triangle Project.

 

Courts métrages

Cette année, pour la première fois, la Compétition internationale, la compétition Focus Québec / Canada et la compétition Les nouveaux alchimistes (anciennement Lab) se tiendront du 6 au 11 octobre et se concluront par une soirée de remise des prix en l’honneur du court, le 11 octobre à 20h à l’Agora Hydro-Québec du Cœur des sciences de l’UQÀM. Une deuxième projection « reprise » sera également diffusée pour tous les programmes de courts métrages.
Parmi les 28 films en lice pour le prestigieux Loup argenté présenté par Paraloeil, soulignons Sarah Winchester, Opéra fantôme du réalisateur Bertrand Bonelli, Crystal Lake de l’artiste Jennifer Reeder, From the diary of a wedding photographer du réalisateur israélien Nadav Lapidou encore Limbo de Konstantina Kotzamani. Du côté québécois, notons le film de François Jaros, Oh what a wonderful feeling, présenté à la Semaine de la critique au dernier Festival de Cannes.

Rappelons que le gagnant est automatiquement qualifié pour la course aux Oscars

 

Dans la section Focus Québec / Canada, 30 courts métrages sont également en compétition pour le Grand prix Focus présenté par Post-Moderne et le Prix de la créativité présenté par MAtv, parmi lesquels Mutants, d’Alexandre Dostie, lauréat du Prix du meilleur court métrage canadien au dernier Festival International du Film de Toronto (TIFF), ainsi que Grimaces, de Ian Lagarde et Gabrielle Tougas-Fréchette, Tshiuetin de Caroline Monnet et Tout simplement de Raphaël Ouellet.

 

Histoire(s) du cinéma

Krzysztof Kieślowski
Le célèbre réalisateur polonais, qui s’est éteint prématurément il y a vingt ans, a laissé à la postérité une filmographie aux propos universels et à la portée existentielle, en questionnant sans cesse ses personnages sur leurs choix moraux dans un monde en perpétuelle évolution. Pour lui rendre hommage, le festival présentera trois de ses films les plus importants de sa période polonaise : The Calm, son premier film censuré par les autorités polonaises, Camera Buff, sans doute son film le plus personnel et Blind Chance, interdit de diffusion en Pologne pendant six ans.

Felix Van Groeningen
Le réalisateur belge s’est imposé au fil des années sur la scène cinématographique avec ses films singuliers mêlant fantasmes de l’Amérique et belgitude trash et sentimentale à la fois, et s’est vu décerner le Prix du Meilleur réalisateur au dernier festival de Sundance pour son film Belgica. Le Festival lui consacre une rétrospective avec les projections de Steve + Sky et With friends like these, ses deux premiers films, La Merditude des choses, un film trash, hilarant et cynique, récompensé à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2009 et Alabama Monroe, primé au festival de Berlin de 2013, lauréat du César du Meilleur film étranger en 2014 et nommé aux Oscars cette même année.
Felix Van Groeningen profitera de sa venue au Festival du nouveau cinéma pour commenter la projection de Belgica, son plus récent long métrage, le mercredi 12 octobre à 17h au Cinéma du Parc et pour donner une classe de maître le vendredi 14 octobre à 17h au Pavillon Judith-Jasmin annexe (salle Jean-Claude Lauzon).

Jennifer Reeder
L’artiste et réalisatrice américaine Jennifer Reeder s’est faite connaitre pour ses œuvres féministes et engagées, rendant compte de la complexité des femmes de notre époque. Son univers singulier, teinté de magie, de tendresse et d’humour noir est reconnu par les plus grands festivals du monde, de la Whitney Biennial de New York au Festival Sundance, en passant par Berlin, Venise et Rotterdam. Pour découvrir son œuvre, le Festival proposera une rétrospective, avec une programmation de cinq de ses courts métrages présentés le samedi 8 octobre à 20h00 à la Cinémathèque québécoise et le lendemain à 14h00 au KINO Lab, suivie parune conversation avec l’artiste animée par Émilie Mannering (Récipiendaire du Grand Prix Focus Québec/Canada 2015).

Jean-Pierre Lefebvre
Commençant sa carrière en tant que critique de cinéma, Jean-Pierre Lefebvre découvre rapidement sa vocation et se lance dans la réalisation avec un premier long métrage remarqué, Le révolutionnaire (1965). Reconnu comme l’un des pionniers du cinéma québécois indépendant, il est également l’un des premiers cinéastes québécois dont le travail a été reconnu à l’international. Ainsi son film Il ne faut pas mourir pour ça (1967), présenté dans le cadre de cet hommage, fut le premier film québécois sélectionné au Festival de Cannes. Ses deux autres longs métrages, Le vieux pays ou Rimbaud est mort (1977) et Aujourd’hui ou jamais (1997), qui complètent la trilogie autour du personnage d’Abel, interprété par Marcel Sabourin, seront également diffusés.

Dada
Pour célébrer les cent ans du mouvement artistique Dada, le Festival proposera une sélection particulière sur le dadaïsme avec la diffusion du documentaire, Le principe Dada, dans lequel la réalisatrice Marina Rumjanzewa explore l’influence de ce mouvement sur l’art contemporain et certains artistes de notre époque, ainsi que la programmation Dada ou le cinéma pur, comportant plusieurs courts métrages des années 1920 et de l’époque Dada (films de Man Ray, Marcel Duchamp, Hans Richter, René Clair, Fernand Léger, Francis Picabia…).

 

Documentaires sur le cinéma

À ces hommages et rétrospectives s’ajoutent également des documentaires sur le cinéma :

  • Notfilm, essai cinématographique du grand archiviste Ross Lipman sur l’extraordinaire aventure de Samuel Beckett’s Film, le film issu de la rencontre entre le grand dramaturge et Buster Keaton;
  • Voyage à travers le cinéma français, hommage du réalisateur Bertrand Tavernier à tous les artisans du cinéma qui ont influencé sa vie;
  • Mifune : the last samurai, documentaire de Steven Okazaki portant sur Toshirô Mifune, l’acteur japonais fétiche du célèbre Akira Kurosawa ;
  • 76 minutes & 15 seconds with Abbas Kiarostami, portrait touchant du cinéaste iranien, réalisé par son proche collaborateur Seifollah Samadian ;
  • The First film, dans lequel le réalisateur David Wilkinson tente de démontrer que le cinéma a en fait été inventé par un dénommé Louis Le Prince.
  • Enfin dans cette section sera aussi présenté, dans sa version intégrale, Heaven’s Gate, la fresque ambitieuse sur l’Amérique du réalisateur culte Michael Cimino.

 

Billetterie et informations générales
Cette année, la PRÉVENTE commencera dès le 27 septembre et jusqu’au 4 octobre, directement sur les sites internet http://www.nouveaucinema.ca et http://www.ticketpro.ca, par téléphone au 514.790.1111 ou au 1.866.908.9090, ainsi qu’à la billetterie centrale, au Théâtre Saint-Denis, de 12h à 18h, et à la Vitrine Culturelle, de 11h à 20h du mardi au samediet de 11h à 18h dimanche et lundi. Les billets individuels, carnets de billets et passes seront disponibles à l’achat.

Pendant le Festival, du 5 au 16 octobre, la billetterie centrale se déplacera à la Chaufferie de l’Agora Hydro-Québec du Cœur des sciences de l’UQAM et sera ouverte de 12h à 18h.

 

 

FNC

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / Événements / Festival