fbpx

Cinéma sous les étoiles : une 11e édition en format pour emporter!

Le Cinéma sous les étoiles de FUNAMBULES MÉDIAS revient en ligne pour sa 11e édition du 28 juillet au 24 septembre 2020 

Le Cinéma sous les étoiles de Funambules Médias revient cet été avec une édition inédite, pour emporter du 28 juillet au 24 septembre 2020.

Rendez-vous estival incontournable du cinéma documentaire pour les Montréalais.es, cette édition, exceptionnellement offerte en ligne, mettra en avant 12 longs métrages documentaires sur les plateformes de TV5 (site web et applications pour mobiles et télévisions connectées) et diffusera sa compétition de 24 courts métrages, hébergée sur la plateforme de La Fabrique culturelle. Les films présentés seront toujours suivis de discussions en direct avec les cinéastes et des spécialistes des enjeux abordés, afin d’ouvrir des espaces de dialogues et de mener le débat encore plus loin, le tout sur la page Facebook du Cinéma sous les étoiles,

Le Cinéma sous les étoiles invite donc le public à s’installer sur leur balcon ou dans leur cour – «  question qu’il y ait des étoiles entre nous pour vrai » comme l’a très bien résumé une fidèle festivalière – et à nous envoyer les photos de leur cinéma en plein air maison!

#CinePourEmporter
#CinemaSurMonBalcon

 

LA PROGRAMMATION | UN APERÇU

Le festival sera lancé en direct sur la page Facebook du Cinéma sous les étoiles, le mardi 28 juillet 2020 à 19h00, avec la diffusion du premier documentaire de cette édition, Welcome to Sodom, qui sera suivi d’un panel de discussion autour de la gestion des déchets et de l’obsolescence programmée, avec entre autres la présence d’Amélie Côté, spécialiste en gestion des matières résiduelles. Ce film d’ouverture sera le premier disponible sur les plateformes de TV5 dès la fin de l’événement Facebook. Du 28 juillet au 20 août, un nouveau documentaire par semaine sera disponible alors que du 31 août au 24 septembre, deux documentaires s’ajouteront de manière hebdomadaire sur les plateformes de la chaîne. Tous les longs métrages seront disponibles gratuitement pendant 72 h dans l’univers numérique de TV5, à l’issue desquelles une discussion en interaction avec le public aura lieu. Une semaine sera réservée à la compétition de courts métrages du 24 au 30 août, sur le site de La Fabrique culturelle.

Toujours ancrée dans l’actualité nationale et internationale, la programmation du Cinéma sous les étoiles abordera de nouveau les grands enjeux actuels : colonialisme et racisme, environnement, féminisme, luttes sociales et luttes de classe, démocratie, néolibéralisme, intelligence artificielle et vie privée.

Ainsi, le documentaire Welcome to Sodom (28 juillet) aborde d’emblée la question écologique avec un film coup de poing sur une cité-dépotoire au cœur du Ghana, où l’activité économique principale s’est construite autour de la plus grande décharge illégale de déchets électroniques au monde. Le film nous confronte aux conséquences sociales, écologiques et humaines de la multiplication de nos objets électroniques et de la gestion de leur obsolescence.

 

 

Seront également présentés :

Le documentaire québécois Soleils noirs de Julien Élie (3 au 6 août), récemment nommé aux gala Québec Cinéma, dresse un portrait alarmant du Mexique, plongé dans un climat d’impunité installé par les groupes criminels et les autorités en place, à travers des témoignages intimes et un travail journalistique ambitieux.

Revirement de registre avec le poignant documentaire exploratoire et intime, Le Château de Denys Desjardins (10 au 13 août) qui aborde une facette de la mémoire à travers le désarmant et très personnel portrait d’une mère qui doit faire face aux aléas de l’âge. Un film sur la vieillesse et sur nos aînés, à l’heure où l’actualité sanitaire nous rappelle leur vulnérabilité, mais surtout nous ramène à leur humanité derrière les statistiques.

Alexe Poukine, quant à elle, dans son film Sans frapper (17 au 20 août) aborde avec pudeur et justesse la question délicate et intime du viol et du consentement à travers le récit d’Ada. Alors qu’on vit présentement une deuxième vague de dénonciations publiques, le film permet de décortiquer avec intelligence la question du consentement et de nous confronter dans nos préjugés les plus tenaces.

Le monde selon Amazon de Thomas Lafarge et Adrien Pinon (7 au 10 septembre) effectue une plongée saisissante dans l’univers de ce géant de la vente et du web qui régit bien des aspects de nos vies et de notre manière de consommer. Le documentaire raconte la stratégie d’Amazon, ses ambitions et ses ramifications dans l’économie et tente de répondre à la grande question : quel futur nous prépare Amazon ?

Le documentaire Push de Fredrik Gertten (31 août au 3 septembre) plongera, lui, au sein du milieu impitoyable de l’immobilier, de la spéculation financière et des problèmes de gentrification dans les grandes villes, dont Montréal qui n’est pas épargnée. Ces deux films nous permettent ainsi de dresser un portrait du pouvoir démesuré des grosses corporations devant des pouvoirs publics de plus en plus démunis.

La trahison d’Haïti d’Elaine Brière (14 au 17 septembre) nous révèle comment le Canada, autrefois considéré par les Haïtiens comme un partenaire constructif, a conspiré avec les États-Unis et la France pour renverser le gouvernement démocratiquement élu. La trahison d’Haïti est une accusation fulgurante de la complicité des dirigeants canadiens dans l’oppression internationale de cette nation qui souffre depuis qu’elle a réclamé son indépendance.<

Enfin, les thématiques incontournables du racisme et du colonialisme seront au cœur de notre dernière semaine de programmation (21 au 24 septembre), représentées par deux films canadiens réalisés par des femmes autochtones, nîpawistamâsowin : Nous nous lèverons de Tasha Hubbard et Jordan River Anderson, le messager d’Alanis Obomsawin, qui traitent tous deux de racisme systémique envers les Premières Nations au Canada dans le système judiciaire. Nous nous lèverons expose le racisme envers les autochtones à travers l’assassinat de Colten Boushie, jeune Cri de la nation Red Pheasant, et de son procès très médiatisé. Son examen détaillé d’un système construit sur des siècles de domination coloniale se joint à un portrait bouleversant et un appel urgent à l’action.

Jordan River Anderson, le messager traite d’une lutte judiciaire pour l’accès équitable des enfants autochtones aux services publics, à travers le cas tristement célèbre de Jordan River Anderson. À partir d’archives et de nombreuses entrevues, la cinéaste immortalise la vie de Jordan et la bataille judiciaire qui a permis d’instaurer difficilement une politique plus équitable pour les enfants des Premières Nations, relevant pourtant du droit humain le plus fondamental. Avec cette double programmation, nous souhaitons à la fois soulever les failles du système judiciaire canadien et souligner les victoires qui ont résulté des luttes acharnées des populations autochtones pour défendre leurs droits.La programmation sera bonifiée dans les prochaines semaines, consultez notre site web pour plus de détails au courant de l’été :cinemasouslesetoiles.org

DES DISCUSSIONS ET PANELS EN DIRECT SUR FACEBOOK 

Des discussions sont prévues sur Facebook Live à l’issue de la période de diffusion de 72h pour chaque film. Funambules Médias avait à cœur de reproduire l’atmosphère du Cinéma sous les étoiles en transposant ses débats sociopolitiques, habituellement dans l’espace public, aujourd’hui sur internet ! Le caractère collectif des discussions politiques reste primordial, surtout dans un contexte de confinement social, et c’est pourquoi les films seront soit suivis par des discussions en direct avec les cinéastes, par des panels en ligne avec des spécialistes ou bien par des entrevues questions et réponses avec les cinéastes et experte.s.

COMPÉTITION DE COURTS MÉTRAGES

Funambules Médias reconduit pour une 6e année sa compétition de courts métrages constituée d’une solide sélection d’œuvres documentaires aussi bien locales qu’internationales. Cette année, une semaine entière sera consacrée à la diffusion des courts métrages, du lundi 24 août au dimanche 30 août, durant laquelle le public pourra découvrir 24 courts métrages minutieusement sélectionnés par notre équipe de programmation. La compétition est présentée par La Fabrique culturelle de Télé-Québec qui hébergera la compétition en ligne.

Grâce à ses généreux partenaires (Spira, Main Filml’ONF-ACIC, SLA Productions, la Coop l’Argot et Paraloeil), le jury remettra aux lauréat.es 20 000$ en prix dans six catégories, lors d’une cérémonie de remise des prix en direct sur notre page Facebook, le jeudi 27 août 2020, à 19h30.

COLLABORATIONS ET PARTENARIATS

Le Cinéma sous les étoiles de Funambules Médias collabore cette année avec des partenaires médias d’envergure grâce à l’implication de TV5 et de La Fabrique culturelle de Télé-Québec dans l’hébergement de notre édition en ligne. Nous bénéficions de nouveau cette année de l’appui d’acteurs majeurs du milieu du cinéma québécois tels que les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), l’Office national du film du Canada (ONF), Québec Cinéma, Cinéma Politica, les Réalisatrices équitables ou encore le Festival Filministes. Nous entretenons également des relations avec de nombreux collaborateurs des milieux communautaires tels que Mer et Monde, Humanité & Inclusion Canada, l’UPop et bon nombre de groupes militants qui vous permettront d’en connaître davantage sur les luttes et alternatives locales.

Le Cinéma sous les étoiles n’aurait pas lieu sans l’appui de précieux partenaires tels que les Caisses Desjardins, la Ville de Montréal et ses arrondissements, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et le Fonds de solidarité (FTQ), qui appuient financièrement ce projet de grande envergure ; en plus du support essentiel des institutions des trois paliers de gouvernement, soit le Conseil des arts du Canada (CAC), le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et le Conseil des arts de Montréal (CAM).

FUNAMBULES MÉDIAS : PROMOUVOIR LE CHANGEMENT SOCIAL

Funambules Médias travaille à l’avènement d’une société juste et inclusive à travers la production vidéo, la formation et la diffusion de cinéma documentaire, en favorisant l’expression de la parole citoyenne et le développement de l’esprit critique.

Suivez le Cinéma sous les étoiles :

cinemasouslesetoiles.org
facebook.com/cinemasouslesetoiles
twitter.com/cse_funambules

 

 

 

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Avis à l'industrie / Cinéma / documentaire / Événements / medias numériques / Télévision / Web