fbpx

En compétition à Angoulême, Vivre à 100 milles à l’heure de Louis Bélanger

Vivre à 100 milles à l’heure de Louis Bélanger sélectionné en compétition à Angoulême

Lyse Lafontaine de Lyla Films et Christian Larouche de Les Films Opale sont heureux d’annoncer que Vivre à 100 milles à l’heure, écrit et réalisé par Louis Bélanger, est sélectionné en compétition officielle du Festival du film francophone d’Angoulême (20 au 25 août). Il est en lice pour un Valois que décerneront les membres du jury présidé par l’actrice Jacqueline Bisset et composé d’Hugo Becker, acteur, Maripier Morin, actrice, Mehdi Nebbou, acteur, Françoise Nyssen, éditrice et ex- ministre française de la Culture, Louis-Julien Petit, réalisateur et Laurent Weil, journaliste.

Rappelons que le film sortira au Québec le 27 septembre 2019. Il met en vedette Rémi Goulet, Antoine L’Écuyer, Félix-Antoine Cantin, Sandrine Poirier-Allard, Elijah Patrice-Baudelot, Zakary Methot, Dylan Walsh, Cassandra Latreille, Marie-Hélène Thibault et Benoit McGinnis, entre autres. La direction de la photographie a été assurée par Pierre Mignot, lauréat du Prix Iris Hommage 2019. Guy Bélanger, et Claude Fradette ont composé la musique originale qui donne toute son atmosphère à ce long métrage.

Louis, Éric et Daniel sont inséparables. Ils sont jeunes, téméraires et vivent à 100 milles à l’heure. Rapidement, les jeux d’enfant prennent le chemin du petit crime désorganisé. Leur amitié sera mise à rude épreuve. Cette comédie dramatique pose un regard tendre et décalé sur la période à la fois trouble et enivrante du passage à l’âge adulte, avec la ville de Québec et ses années 1970 et 1980 en toile de fond.

« Vivre à 100 milles à l’heure est un grand mensonge basé sur un fond de vérité. Un peu comme pour mon film Gaz Bar Blues, il s’agit une fois de plus de repartir sur les traces de mes souvenirs, une partie étant autobiographique et l’autre faite d’évènements réinventés. Ces jeunes amis, qui veulent devenir grands trop vite, feront beaucoup d’erreurs de jeunesse et apprendront la vie « à la dure » en ne perdant jamais l’espoir d’un avenir meilleur. C’est l’amitié et le goût des sensations fortes qui les motivent. Un film initiatique sur une certaine jeunesse. Celle d’avant les vraies responsabilités, où nous étions habités d’un sentiment que rien de grave ne pouvait nous arriver et que nous étions éternels. » confie Louis Bélanger.

 

Rappelons que Les mauvaises herbes, le précédent long métrage de Louis Bélanger, sorti en mars 2016 au Québec, a été récompensé des prix Iris du meilleur scénario (Louis Bélanger et Alexis Martin) et du meilleur second rôle (Luc Picard). Il a connu un beau succès commercial et a bénéficié d’une impressionnante carrière dans des festivals internationaux (qui a conduit le film en) Allemagne, en Belgique, en Chine, en Colombie, aux États-Unis, en Inde, au Mexique, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse. Il a été distribué en France où il a remporté le Valois du public et du meilleur scénario au Festival du film francophone d’Angoulême.

Produit par François Tremblay de Lyla Films, Vivre à 100 milles à l’heure a obtenu la participation financière de Téléfilm Canada, de la SODEC, du Fonds Harold Greenberg et de la Société Radio-Canada. Le film est distribué au Canada par Les Films Opale, sous la direction de Sébastien Létourneau et de Christian Larouche. Il prendra l’affiche au Québec le 27 septembre 2019.

 

Équipe de tournage de Vivre à 100 milles à l’heure de Louis Bélanger au FCVQ 2018

 

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / Festival