fbpx

Le mot de Jean-Pierre Tadros au sujet de l’élection du parti Libéral

Ouf ! De l’oxygène…

On avait du mal à l’imaginer, un gouvernement libéral MAJORITAIRE. Bye Bye Harper et son cynisme, pour un bon bout au moins. Le temps de remettre le Canada sur la bonne voie.

 

Pour vous redonner espoir, voici un rappel des principales promesses libérales en matière culturelle.

Nous investirons dans nos industries de la culture et de la création pour créer des emplois, faire croître la classe moyenne et renforcer notre riche identité canadienne.

Les industries canadiennes de la culture et de la création, une composante dynamique de notre économie et de notre identité nationale, emploient plus d’un million de personnes au pays.

Malheureusement, elles ont fait l’objet d’attaques incessantes au cours de la décennie Harper. Assaillis par les compressions budgétaires, les artistes canadiens ont du mal à faire connaître leurs récits, tant au pays qu’ailleurs dans le monde.

Nous investirons donc dans nos industries de la culture et de la création pour soutenir leurs efforts d’édification de la nation.

Grâce à notre financement ciblé :

– le Conseil des arts du Canada recevra deux fois plus de fonds, soit 360 millions de dollars par année;

– Téléfilm Canada et l’Office national du film bénéficieront d’un meilleur soutien financier, qui s’élèvera à 25 millions de dollars supplémentaires par année;

– les programmes Promart et Routes commerciales qui font la promotion de la culture à l’international, mais qui ont subi les compressions de M. Harper, seront rétablis et recevront 25 millions de dollars par an.

– Puisque nous nous sommes engagés à créer 40 000 emplois pour les jeunes chaque année, nous augmenterons le financement du programme Jeunesse Canada au travail pour aider à préparer la relève du secteur patrimonial.

– Nous injecterons aussi d’importantes sommes dans l’infrastructure culturelle, sommes qui s’inscriront dans nos investissements dans les infrastructures sociales.

Et à propos de la Société Radio-Canada, particulièrement malmenée et menacée par le gouvernement Harper.

Pour que la SRC puisse jouer son rôle essentiel, la vision libérale comprend les initiatives suivantes :

– annuler les coupures budgétaires de 115 millions de dollars imposées à la SRC et réinvestir dans cette dernière en lui allouant un financement pluriannuel stable et prévisible;

– en consultation avec la SRC, établir un Protocole qui établisse clairement les objectifs que le diffuseur public devra atteindre dans les limites de son financement pluriannuel;

– dans le cadre du Protocole, exiger que la programmation de la SRC présente un contenu majoritairement canadien et suffisamment varié pour répondre aux besoins des divers publics canadiens, y compris des communautés francophones et acadiennes; cette programmation devra respecter la spécificité des marchés francophones et anglophones, qui ont des contextes, des dynamiques et des conditions de succès qui leur sont propres;

– revoir la procédure de nomination des membres du Conseil d’administration et du chef de la direction de la SRC pour garantir l’indépendance et la compétence de ces derniers;

– mettre le CRTC et le Vérificateur général à contribution pour garantir l’imputabilité de la SRC envers les contribuables.

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / Festival / medias numériques / Télévision / Web