fbpx

Le poids de Mendel de Marie-Hélène Panisset en tournage

Les Films de L’Hydre ont amorcé, ces dernières semaines, le tournage d’une première production de fiction au format d’image vertical intitulé Le Poids de Mendel, réalisépar la cinéaste Marie-Hélène Panisset.

Destiné de manière ciblée au marché des salles, mais plus spécifiquement au marché grandissant du mobile, ce film explorera le parcours d’Ariane, chorégraphe et jeune mère de famille, au travers du système de santé québécois, alors qu’elle vit une crise affective en période post-partum et se voit diagnostiquer un trouble bipolaire qui la laisse perplexe.

Jusqu’à présent inexplorépar les créateurs, le ratio d’image vertical épouse, ici, parfaitement son sujet, évoquant l’enfermement, la vision en tunnel. En créant par ailleurs de l’espace vide au-dessus ou en-dessous des personnages, le cadre ainsi défini parle différemment au spectateur: on avance ici comme avec des oeillères, en plein coeur de l’action, dans l’urgence du moment.

Ce sont les sous-sol de l’ONF, avec leurs corridors aux perspectives étirées, qui ont servi de décor au tournage d’une première scène « démo », avant les Fêtes, mettant en vedette Judith Baribeau, Frédéric Pierre et Jean-Pierre Bergeron. Marc Simpson-Threlford agit à titre de directeur photo, Arnaud Derimay à titre de preneur de son, Mathieu Demers comme monteur tandis que Julien Knafo signe la musique originale. Barbara Shrier, productrice pour Palomar Productions (Mémoires affectives, The Year Dolly Parton Was My Mom) est également associée au projet.
Depuis sa sortie de l’Université Concordia en 1995, Marie-Hélène Panisset poursuit le projet d’enrichir le langage cinématographique, forte de ses connaissances en histoire de l’art et d’une formation en danse classique. Artiste polyvalente, elle a oeuvré à titre de scénariste, de productrice, de réalisatrice mais aussi de monteuse àl’occasion. Ses premiers courts métrages, alliant danse et fiction, ont été diffusés et primés dans différents festivals àtravers le monde entre 2003 et 2009.

En 2010, elle signe la réalisation d’un premier long métrage, avec 3 co-réalisateurs, Lucidité passagère, mettant en vedette Hélène Florent, Daniel Parent, Mario Saint-Amand et Maxim Roy. La mise en images percutante d’un contenu fort demeure sa priorité.
Les Films de L’Hydre (anciennement Verbomatrice) est une sociétéde production de films, fondée en 1999, qui a de nombreuses productions à son actif, tant dans les domaine de la fiction que du communautaire et du corporatif. Fondée par Marie-Hélène Panisset, la compagnie se donne pour mission d’adapter la forme au contenu.

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma