fbpx

L’ONF @ RVQC 2019 « La fin des terres » en première mondiale et en clôture du festival

Parmi les 15 productions et coproductions de l’ONF sélectionnées au festival, « La fin des terres » de Loïc Darses présenté en première mondiale et en clôture des Rendez-vous Québec Cinéma (RVQC) 2019

L’Office national du film du Canada prendra part aux 37es Rendez-vous Québec Cinéma, qui se tiendront du 20 février au 2 mars 2019, avec une sélection de 15 productions et coproductions aux signatures d’auteur fortes : neuf longs métrages documentaires, cinq courts métrages d’animation et un récit documentaire immersif. Ces œuvres posent un regard assumé et audacieux sur la notion de territoire, qu’il soit intérieur ou habité et concret.

Le long métrage documentaire La fin des terres de Loïc Darses sera présenté en première mondiale et en clôture des RVQC. Cette œuvre cinématographique poignante, où le cinéaste adopte une posture sans compromis, sonde la conscience politique, territoriale et identitaire de notre époque, du point de vue de millénariaux.

Un autre long métrage documentaire sera lancé en première mondiale : La fille du cratère de Nadine Beaudet et Danic Champoux (Les vues du fleuve/ONF), qui témoigne avec tendresse de la quête identitaire de Yolande Simard-Perrault et de son influence sur l’œuvre du grand Pierre Perrault. Deux documentaires d’une grande sensibilité, réalisés par des cinéastes reconnus dans toute la francophonie canadienne, seront quant à eux présentés en première québécoise aux RVQC, après avoir été lancés en première mondiale au Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) : Les artisans de l’atelier de Daniel Léger et Sans Maman de Marie-France Guerrette.

 

Les cinq autres longs métrages documentaires sélectionnés

Après une grande tournée des festivals et un passage en salle hautement remarqué, les documentaires La part du diable de Luc Bourdon, Pauline Julien, intime et politique de Pascale Ferland, Point d’équilibre de Christine Chevarie-Lessard (Productions Avenida/ONF) et Premières armes de Jean-François Caissy seront présentés aux RVQC. Pour sa part, après une belle présence en festivals, Ma guerre de Julien Fréchette sera à la fois projeté aux RVQC et lancé en ligne (date à venir).

Les cinq courts métrages d’animation

Forts de leur présence dans plusieurs festivals, cinq courts métrages d’animation de cinéastes montréalais seront aussi au programme : Bêtes de famille d’Alexandra Lemay, La mère des os de Dale Hayward et Sylvie Trouvé, Papillioplastie de David Barlow-Krelina, Turbine d’Alex Boya et Le sujet de Patrick Bouchard, seul film canadien présenté à Cannes en 2018, qui revient aux RVQC après y avoir été lancé en première mondiale et en ouverture l’an dernier.

Documentaire immersif et étude de cas

Le récit documentaire immersif sur les demandeurs d’asile Roxham (onf.ca/roxham) de Michel Huneault (ONF, en collaboration avec Dpt., Le Devoir et Phi), d’une grande humanité et toujours des plus actuels, sera présenté sous forme de station de réalité virtuelle pendant le festival. Enfin, Luc Bourdon et Michel Giroux, respectivement réalisateur et monteur de La part du diable (2018) et de La mémoire des anges(2008), parleront au Rendez-vous Pro de leur processus de création pour ces deux films de montage conçus à partir d’archives de l’ONF.

Long métrage documentaire en première mondiale – film de clôture

La fin des terres de Loïc Darses (76 min)

Le documentaire sera présenté en clôture du festival dans le cadre d’une soirée Tapis bleu le samedi 2 mars à 19 h au Cineplex Odéon Quartier Latin (salle 9), en présence du réalisateur et d’autres membres de l’équipe du film, de la productrice Colette Loumède (ONF) et de certains des protagonistes.

Premier long métrage du jeune cinéaste Loïc Darses, remarqué avec son film de fin d’études Elle pis son char (Sundance), La fin des terres donne la parole à 17 jeunes d’horizons diversifiés, qui ont en commun d’être nés trop tard pour pouvoir voter au référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec. On n’entend que leurs voix. Se superposent à leurs mots des lieux, vides, où s’est pourtant écrit le récit québécois, du calvaire d’Oka à la grande mosquée de Québec, en passant par Manic-5, Kahnawake, la montée Berri, le stade olympique, les berges de la Gaspésie et l’Assemblée nationale. Aucune image d’archives n’a été utilisée pour ce « cinéma indirect » puissant, une proposition sans compromis.

 

Œuvre cinématographique à l’esthétique visuelle épurée, portée par une parole faite de confidences et d’introspection, La fin des terres trace la cartographie du Québec et immerge le spectateur dans une interrogation poétique sur le devenir de notre collectivité. Face à l’échec de la génération précédente sur des sujets comme l’identité, la question nationale, la place des Autochtones dans la société, l’appropriation du territoire et l’environnement, ces millénariaux, choisis parce qu’ils ont réfléchi à ces enjeux, réussissent à mettre des mots justes et percutants sur la situation actuelle, que l’on ressent sans la nommer. Un peu comme si ces jeunes gens cherchaient à faire de l’espace, à créer une suite du monde possible pour le Québec.

Avec les voix de Maïtée Labrecque-Saganash, Jean-François Ruel (alias Yes Mccan), Carl Bergeron, Nora Loreto, Mélanie Hotchkiss, Lucia Carballo, Sibel Ataogul, Jade Barshee, Aurélie Lanctôt, Catherine Dorion, Jonathan Durand Folco, Simon-Pierre Savard-Tremblay, Pierre-Luc Brisson, Alexandre Leduc, Léane Labrèche-Dor, Patricia Boushel et Clara L’Heureux-Garcia.

La petite histoire derrière le film de clôture des RVQC 2019

Le film est issu de la volonté de la productrice de l’ONF Colette Loumède de continuer à recruter de nouveaux talents. Avec le projet Repêchage, trois étudiants prometteurs parmi les finissants de l’École des médias de l’UQAM et de trois métiers différents ont été choisis en 2015 pour réaliser ensemble une première œuvre professionnelle au Studio documentaire de l’ONF : le réalisateur Loïc Darses, le monteur Philippe Lefebvre et la directrice de la photographie Charlotte Lacoursière.

Long métrage documentaire en première mondiale

La fille du cratère de Nadine Beaudet et Danic Champoux (76 min)
Le film sera présenté au festival dans le cadre d’une soirée Tapis bleu le lundi 25 février à 18 h au Cineplex Odéon Quartier Latin (salle 10), en présence de la réalisatrice et productrice Nadine Beaudet, du réalisateur Danic Champoux, de la productrice Johanne Bergeron (ONF) et de Yolande Simard-Perrault. Sortie en salle : printemps 2019.

Ce documentaire témoigne avec tendresse de la quête identitaire de Yolande Simard-Perrault et de son influence sur l’œuvre de Pierre Perrault, son complice et grand amour. Cette grande dame est la fille du cratère, créé par la météorite qui a frappé les environs de Baie-Saint-Paul voilà 400 millions d’années et façonné la région de Charlevoix dont elle est originaire. Cette femme audacieuse et déterminée raconte le territoire et les traces qu’il laisse dans notre mémoire collective.

Cette production est le fruit d’une collaboration entre Nadine Beaudet et Danic Champoux, qui sont, l’un et l’autre, lauréats du prix Pierre-et-Yolande-Perrault décerné chaque année dans le cadre des RVQC. Cette femme à la vitalité hors du commun est maintenant mise en lumière par ce film, lancé dans le festival où est remis le prix qui porte son nom.

Longs métrages documentaires en première québécoise
Après leur présentation aux RVQC, ces deux films feront une tournée dans les communautés de la francophonie canadienne et seront télédiffusés à Unis TV.

Sans Maman de Marie-France Guerrette (72 min)

Quand Mona Guerrette meurt d’un cancer du sein, elle laisse derrière elle son mari et deux fillettes. Comment survivre à la perte lorsqu’on est enfant ? En réalisant ce documentaire familial, ponctué d’archives de famille et d’entretiens, Marie-France Guerrette nous laisse entrer dans l’intimité de son processus de deuil.

 

Les artisans de l’atelier de Daniel Léger (52 min)
Film d’ouverture – FICFA 2018

« On est beaux, toute la gang. On est spécials », affirme Jean, « le plus beau puis le handyman » de L’Artisan, atelier de Memramcook où sont embauchés une quinzaine de travailleurs ayant une déficience intellectuelle. Véritable hommage à la différence, Les artisans de l’atelier propose une incursion dans le quotidien de cet établissement aux ouvriers aussi vaillants que colorés.

Consultez notre salle de presse virtuelle complète pour obtenir les synopsis, les biographies, des images et les sélections dans les festivals des films présentés aux RVQC : http://espacemedia.onf.ca/

Consultez également l’annexe pour obtenir l’horaire détaillé des projections ainsi que les liens vers les dossiers de presse en ligne.

L’ONF en bref

L’ONF est le producteur public canadien d’œuvres audiovisuelles primées et créatives, qu’il s’agisse de documentaires, d’animations d’auteur, de récits interactifs ou d’expériences participatives. De St. John’s à Vancouver, les producteurs et productrices de l’ONF sont bien intégrés au sein des collectivités du pays et travaillent avec des créateurs et des créatrices de talent pour produire des œuvres innovantes et socialement pertinentes. L’ONF est un chef de file en matière de parité hommes-femmes dans la production de films et de médias numériques. Guidé par les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, il s’emploie à affermir la production autochtone. Les œuvres de l’ONF ont remporté au-delà de 7000 récompenses, dont 20 prix Écrans canadiens, 18 prix Webby, 12 Oscars et plus de 100 prix Génie. Pour y accéder, allez à ONF.ca ou téléchargez les applications de l’ONF pour appareils mobiles.

 

Film de clôture des #RVQC
La Fin des Terres de Loïc Darses, une production de #ONF
Productrice et artisans du film, Colette Loumède, Philippe Lefebvre, Louis Turcotte et Charlotte Lacoursière

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / Événements / Festival