Mères au front déjà 1 an d’existence!

Pour leur premier anniversaire, les Mères au front exigent une vraie loi climat pour protéger l’avenir de leurs enfants

Il y a un an, quelques dizaines de mères et grands-mères montaient au front pour exiger une réponse à l’urgence climatique. Elles rappelaient aux élu.e.s que leur première responsabilité est de protéger la santé et la sécurité de la population. Malgré la pandémie, plus de 5 000 personnes ont rejoint le mouvement décentralisé des Mères au front. Vingt-cinq groupes d’action se sont formés de l’Abitibi à la Gaspésie en passant par presque toutes les régions du Québec et jusqu’en Belgique. Dans le reste du Canada, le mouvement travaille en étroite collaboration avec For Our Kids.

Pour que la vie gagne

« Nous exigeons une vraie loi climat au Canada. Une loi contraignante qui nous obligerait à atteindre les cibles établies par la science. Une loi rigoureuse assortie d’un budget carbone, de règles de reddition de comptes tous les cinq ans, de transparence et d’imputabilité. » Stipule Laure Waridel co-instigatrice de Mères au Front. Mères au front réclament que le premier échéancier soit 2025 et que des actions ambitieuses commencent maintenant.

Une vraie loi climat ferait en sorte que des projets d’infrastructures toxiques comme les pipelines de GNL-Québec et de Trans Mountain seraient interdits parce qu’ils aggraveraient la crise climatique. Si elles vont de l’avant, de telles infrastructures seront encore en opération en 2050, alors que le Canada s’est engagé à atteindre la carboneutralité pour la même année. Les Mères au front exigent de la cohérence.

Tous les enfants sont nos enfants

Le projet de loi C-12 présenté par le gouvernement comme sa « loi sur la carboneutralité » n’a rien d’une vraie loi climat. Les Mères au frontdemandent à tous les élu.e.s fédéraux d’agir immédiatement avec ambition pour l’améliorer. 

« Nous refusons de regarder le Canada s’engager dans une autre fausse promesse pour finalement en faire trop peu, trop tard. Nous n’accepterons pas des cibles déficientes, des retards de dix ans et des méthodes qui ne nous amènent pas à prendre nos responsabilités réelles à l’égard de nos enfants. Il est trop tard pour ça. Nous demandons à nos élu.e.s d’agir maintenant avec cœur et rigueur. » soutient Anaïs Barbeau-Lavelette co-instigatrice du mouvement.

« Dans l’Histoire du monde, on a vu que quand la mère se fâche, c’est qu’il est déjà presque trop tard. Elle rassure et réconforte habituellement. Nous sommes acculés au pied du mur et devant l’inaction de nos dirigeants, nous bercerons d’un bras et brandirons l’autre. » ajoute-t-elle. L’amour de leurs enfants est leur arme de construction massive pour la suite du monde.

Et parce qu’aimer c’est agir, les Mères au front et leurs alliés ont co-réalisé cette vidéo sur les magnifiques paroles de Véronique Côté avec la participation des artistes mères au front Ève Landry, Anaïs Barbeau Lavalette, Nathalie Doummar, Florence Blain et Éléonore Loiselle.

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / vidéo