fbpx

ONF, animations et documentaires au TIFF

Des animations et des documentaires de l’ONF rayonnent au Festival international du film de Toronto (TIFF)

Les nouveaux longs métrages d’Ann Marie Fleming et d’Alanis Obomsawin rejoignent les courts de Justin Simms et de Theodore Ushev.

 

Un long métrage d’animation d’Ann Marie Fleming, un nouveau documentaire de l’éminente réalisatrice Alanis Obomsawin, un court métrage du cinéaste de Terre-Neuve-et-Labrador Justin Simms et un court métrage plusieurs fois primé de l’animateur Theodore Ushev : ces films présentés en premières nord-américaine ou mondiale composent l’excellente sélection de l’Office national du film du Canada (ONF) au Festival international du film de Toronto (TIFF), tenu du 8 au 18 septembre 2016.

Faisant ses débuts sur la scène nord-américaine, le long métrage Window Horses: The Poetic Persian Epiphany of Rosie Ming (La vie en Rosie : L’épopée persane de Rosie Ming), d’Ann Marie Fleming, relate l’histoire d’une jeune poète canadienne qui entreprend un étourdissant voyage riche en découvertes. Alanis Obomsawin, l’une des plus grandes documentaristes du Canada, est de retour au TIFF où elle présente, au programme Masters, la première mondiale de son plus récent film produit à l’ONF, We Can’t Make the Same Mistake Twice.

Le TIFF accueille également la première mondiale de HAND.LINE.COD. (Une main. Une ligne. Un poisson.), de Justin Simms, lequel documente les efforts des résidents de l’île Fogo pour faire revivre la pêche traditionnelle. Ce documentaire nous est offert 50 ans après que Colin Low eut tourné les célèbres films du programme Challenge for Change dans cette communauté terre-neuvienne.

L’éblouissant Vaysha l’aveugle, (Blind Vaysha), 13e court métrage d’animation de Theodore Ushev, débute en Amérique du Nord après une tournée triomphale des festivals européens.

 

Window Horses: The Poetic Persian Epiphany of Rosie Ming – Première nord-américaine/Présentation spéciale

Dans le long métrage d’animation Window Horses scénarisé et réalisé par la cinéaste primée Ann Marie Fleming, il est question d’amour – amour de la famille, de l’histoire, de la culture.

Rosie Ming, une jeune poète canadienne, est invitée à se produire dans un festival de poésie à Shiraz, en Iran, mais c’est à Paris qu’elle préférerait aller. Elle habite avec ses grands-parents chinois trop protecteurs et n’a jamais voyagé seule. Une fois en Iran, des poètes et des Persans lui racontent des histoires qui l’obligent à affronter son passé : le père iranien qui l’aurait abandonnée, et la nature de la poésie elle-même. Le film porte sur les ponts que l’on construit afin de rapprocher les cultures et les générations. Il porte sur l’importance de se montrer curieux, de demeurer ouvert. Et de trouver sa propre voie par la magie de la poésie.

Des acteurs connus ont prêté leur voix aux personnages du film, notamment Sandra Oh (Rosie, personnage principal du film), Ellen Page (Kelly, la meilleure amie de Rosie), Don McKellar (Dietmar, un jeune poète) Shohreh Aghdashloo (Mehrnaz, professeure à l’Université de Téhéran) et Nancy Kwan (Gloria, la grand-mère trop protectrice de Rosie).

Plus de douze animateurs, dont Kevin Langdale, Janet Perlman, Bahram Javaheri et Jody Kramer, ont collaboré avec Ann Marie Fleming.

Window Horses est coproduit par StickgirlProductions (Ann Marie Fleming), Sandra Oh et l’ONF (Shirley Vercruysse et Michael Fukushima). Le film est distribué au Canada par Mongrel Media.

Collaboratrice de longue date de l’ONF, Ann Marie Fleming réalise des films primés portant sur la famille, l’histoire, le souvenir et l’identité depuis plus de 25 ans. J’étais une enfant de survivants de l’Holocauste (2010) et Big trees (2013) comptent parmi ses réalisations à l’ONF. Elle a aussi adapté son long métrage documentaire d’animation The Magical Life of Long Tack Sam pour en faire un roman illustré qui a remporté des prix.

 

We Can’t Make the Same Mistake Twice – Première mondiale/Programme Masters

 

En 2007, la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada (SSEFPNC) et l’Assemblée des Premières Nations (APN) déposaient une plainte contre le ministère des Affaires autochtones et Développement du Nord Canada pour discrimination. Ils faisaient valoir que les services d’aide aux familles et à l’enfance offerts aux enfants des Premières Nations des réserves et du Yukon étaient sous-financés et inférieurs à ceux offerts aux autres enfants canadiens. D’appel en appel, les procédures juridiques se sont étirées sur neuf ans pour enfin aboutir à une victoire des plaignants en 2016.

Le documentaire d’Alanis Obomsawin, We Can’t Make the Same Mistake Twice, donne la parole aux intervenants des services à l’enfance de cette saga, plus particulièrement à la directrice générale de la SSEFPNC, Cindy Blackstock, qui a été victime d’espionnage et de représailles de la part du gouvernement fédéral en raison de son rôle dans le dossier. Alanis Obomsawin nous conduit à travers les dédales de la justice sans jamais nous faire perdre de vue les enjeux dont il est question, soit le bien-être des enfants et la pérennité des cultures autochtones.

Alanis Obomsawin, membre de la nation abénaquise, est l’une des plus éminentes documentaristes du Canada. Depuis plus de quarante ans, elle réalise à l’ONF des films qui relatent la vie et les préoccupations des Premières Nations et aborde des enjeux importants pour tous.

 

HAND. LINE.COD. – Première mondiale/Short Cuts

Campé dans les eaux glaciales entourant la spectaculaire et pittoresque île Fogo, au large de Terre-Neuve, le court métrage de Justin Simms HAND.LINE.COD. suit un groupe de pêcheurs de morue du Nord, adeptes de la pêche traditionnelle à la ligne. Ils visent un objectif précis : faire grimper le prix du poisson. L’imposition d’un moratoire de 20 ans sur la pêche à la morue du Nord a favorisé le rétablissement des populations de poissons. Ces pêcheurs enclenchent une véritable révolution axée sur la durabilité, en livrant pour la première fois leur luxueux produit directement sur le marché commercial.
Le film est dédié à la mémoire du pionnier du cinéma Colin Low, lequel a tourné 27 films à l’île Fogo dans le cadre du programme Challenge for Change et a ainsi instauré une façon révolutionnaire d’utiliser le film pour susciter le changement social et lutter contre la pauvreté. Annette Clarke signe la production et la production exécutive de HAND.LINE.COD. pour l’ONF.

Justin Simms figure parmi les cinéastes les plus prolifiques et les plus réputés de l’est du Canada. Il s’emploie particulièrement à sensibiliser divers auditoires à la vie des gens de Terre-Neuve, notamment par son long métrage Danny, un portrait de l’ancien premier ministre de Terre-Neuve, Danny Williams, coréalisé avec William D. MacGillivray.

 

Vaysha l’aveugle (Blind Vaysha) – Première nord-américaine/Short Cuts

 

Vaysha n’est pas une jeune fille comme les autres : elle ne voit que le passé de l’œil gauche et le futur de l’œil droit. Sa vision scindée l’empêche de vivre au présent. Elle est aveuglée par le passé et tourmentée par l’avenir; son regard unique est parfaitement divisé en deux temporalités irréconciliables.

Dans ce court métrage d’animation adapté d’une nouvelle de l’écrivain bulgare acclamé Guéorgui Gospodinov et narré par Caroline Dhavernas, Théodore Ushev s’impose une fois de plus en virtuose de l’expérimentation visuelle. Avec son style expressif et percutant, à mi-chemin entre la peinture religieuse et la linogravure, Vaysha l’aveugle est un conte métaphorique sur la difficulté de vivre ici et maintenant.

Vaysha l’aveugle a récolté à ce jour quatre récompenses, dont le Prix du jury et le Prix du jury junior au Festival international du film d’animation d’Annecy. Le film a été produit par Marc Bertrand pour l’ONF, avec la participation d’ARTE France. Julie Roy en est la productrice exécutive.

Né en 1968, en Bulgarie, Theodore Ushev s’installe à Montréal en 1999 où il acquiert la reconnaissance du public et de ses pairs en tant qu’animateur avec des films applaudis comme Les journaux de Lipsett (2010), lequel a reçu 16 récompenses, dont le Génie du meilleur court métrage d’animation, et a été inscrit sur la liste des dix meilleurs courts métrages canadiens de l’année 2010 du TIFF.

 

Pour rejoindre le blog de l’ONF: http://blogue.onf.ca

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / animation / Cinéma / documentaire / Festival