fbpx

La disparition des Lucioles en première montréalaise le 17 septembre au Théâtre Outremont

Le film sera présenté au TIFF, en ouverture du FCVQ et sortira en salle le 21 septembre prochain 

Les Films Séville, une filiale d’Entertainment One, Seville International et l’ACPAV annoncent que la première montréalaise de La disparition des lucioles, réalisé par Sébastien Pilote et produit par Bernadette Payeur et Marc Daigle, aura lieu le 17 septembre au Théâtre Outremont en présence de l’équipe du film.

Troisième long-métrage du réalisateur Sébastien Pilote, La disparition des lucioles met en vedette Karelle Tremblay, Pierre-Luc Brillant, Luc Picard, François Papineau et Marie-France Marcotte. Le film prendra l’affiche partout au Québec le 21 septembre 2018.

Après avoir été très bien reçu à Karlovy Vary, La disparition des lucioles a été sélectionné au TIFF (Toronto International Film Festival) dans la section Contemporary World Cinema. Le film fera également l’ouverture du Festival de cinéma de la ville de Québec le 13 septembre. Plusieurs autres festivals internationaux seront annoncés cet automne.

 

***

À propos du réalisateur 

Réalisateur originaire du Saguenay, Sébastien Pilote est influencé par la réalité de sa région qui se reflète dans tous ses films. En 2010, il réalise son premier long-métrage Le vendeur, qui est sélectionné en compétition au festival de SUNDANCE. Le film est récompensé dans plusieurs festivals et connait un bon succès en salle au Québec. Récipiendaire du prix de la FIPRESCI (Turin, Mannheim et San Francisco), Le vendeur se voit décerner au Québec le prix Gilles-Carle (meilleur premier film) et le prix Luc-Perrault du meilleur film de l’année, remis par l’Association québécoise des critiques de cinéma. Son deuxième long-métrage, Le démantèlement, est sélectionné à La Semaine de la Critique à Cannes où il remporte le prix SACD pour le meilleur scénario. Le film reçoit à Paris le prix du meilleur film aux Trophées francophones du cinéma en 2014. La même année, la Fédération internationale de la presse cinématographique (la FIPRESCI) lui remet son prix au festival de Turin.

Synopsis 

C’est bientôt l’été et la fin des classes dans une ancienne ville industrielle au bord d’une baie. Léo, une jeune fille insatisfaite, rencontre Steve, un homme plus âgé, guitariste reclus et sans ambition. Léo vit avec sa mère et son beau-père, Paul, un animateur de radio populiste qui a poussé à l’exil dans le Nord l’homme qu’elle admire, Sylvain, le père dont elle s’ennuie, et ancien chef syndical déchu. Étrangère dans son propre monde, frustrée et en colère, c’est dans sa relation équivoque avec Steve, au rythme des leçons de guitare et de son nouveau boulot d’été, qu’elle pourra trouver une sorte de réconfort et amorcer sa fuite.

Distribué par Les Films Séville, une filiale d’eOne, produit par l’ACPAV et représenté à l’international par Seville International, La disparition des lucioles prendra l’affiche au Québec le 21 septembre 2018.

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / Événements / Festival / Prix / sortie en salle