fbpx

Québec Cinéma : les finalistes aux Prix Iris 2020 sont…

« IL PLEUVAIT DES OISEAUX » et « LA FEMME DE MON FRÈRE » en tête des nominations aux PRIX IRIS 2020 de Québec Cinéma

C’est en direct du salon du comédien Guillaume Lambert que Québec Cinéma a dévoilé aujourd’hui les finalistes aux Prix Iris 2020. Bien que la cérémonie télévisuelle ait été annulée, l’organisme travaille actuellement avec Radio-Canada et ses partenaires sur des alternatives créatives pour la remise des Prix Iris, afin de souligner tout le talent des créateurs d’ici et leurs œuvres. L’année 2019-2020 fut particulièrement faste pour notre cinéma et, plus que jamais, Québec Cinéma souhaite faire rayonner les films, les artistes et les artisans québécois dans le plus de foyers possibles. Plus de détails seront annoncés ultérieurement.

Ce sont 30 longs métrages de fiction, 32 longs métrages documentaires, 17 courts métrages d’animation et 37 courts métrages de fiction qui ont été évalués au cours des dernières semaines pour la nomination d’un total de 188 finalistes. Pour les Iris de la catégorie long métrage de fiction, plus de 2 200 membres votants issus de l’industrie cinématographique ont allié leur voix à celles du jury lors d’un premier tour de vote pondéré à 50/50, une participation presque deux fois plus importante que les années précédentes.

« Cette année de cinéma québécois a été exceptionnelle à plusieurs niveaux », remarque la directrice générale de Québec Cinéma, Ségolène Roederer. « Plusieurs films ont su aller chercher une large audience auprès du public québécois et six des sept longs métrages finalistes pour l’Iris 2020 du Meilleur film ont été réalisés par une femme, du jamais vu ! Si nous ne pouvons célébrer en grand tous ces précieux talents comme à l’habitude lors d’un Gala télévisuel d’envergure, il est d’autant plus primordial de mettre en lumière l’importance de notre culture dans le contexte actuel et de souligner les lauréats de ces Prix Iris 2020, nous assurant ainsi d’en dégager toute la fierté qu’il se doit pour notre cinématographie nationale. »

LES FINALISTES

C’est le film Il pleuvait des oiseaux de Louise Archambault qui mène le bal avec un total de 13 nominations, incluant notamment Meilleur film, Meilleur scénario, Meilleure interprétation féminine dans un premier rôle (Andrée Lachapelle), Meilleure interprétation masculine dans un premier rôle (Gilbert Sicotte), Meilleure direction de la photographie et Prix du public. La femme de mon frère de Monia Chokri récolte de son côté 11 nominations dont Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleure interprétation féminine dans un premier rôle (Anne-Élisabeth Bossé), Meilleure interprétation masculine dans un premier rôle (Patrick Hivon), Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec et Prix du public.

Mafia Inc de Podz est, pour sa part, nommé 10 fois et se retrouve, entre autres, dans les catégories Meilleur film, Meilleure interprétation masculine dans un premier rôle (Marc-André Grondin), Meilleure direction artistique ainsi que Prix du public.

Le vingtième siècle de Matthew Rankin, est en lice pour neuf Iris, incluant Meilleur premier film, Meilleure réalisation, Meilleure direction artistique et Meilleur musique originale. Antigone de Sophie Deraspe s’illustre quant à lui dans huit catégories dont Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleur scénario, Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec et Révélation de l’année (Nahéma Ricci). Kuessipan de Myriam Verreault, est dans la course dans sept catégories incluant entre autres Meilleur Film, Meilleure réalisation, Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec, Meilleur scénario et Révélation de l’année (Sharon Fontaine-Ishpatao). Trois films arrivent ex æquo avec respectivement six nominations : Jeune Juliette de Anne Émond, est notamment en lice dans les catégories Meilleur film, Meilleur scénario, Meilleure interprétation masculine dans un premier rôle (Robin Aubert) et Révélation de l’année (Alexane Jamieson); Matthias & Maxime de Xavier Dolan se distingue pour sa part dans les catégories Meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien (Micheline Bernard), Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien (Pier-Luc Funk), Meilleure direction de la photographie et Meilleure musique originale; et finalement, Sympathie pour le diable de Guillaume de Fontenay est quant à lui en lice pour Meilleur premier film, Meilleure réalisation, Meilleur scénario et Meilleure interprétation masculine dans un premier rôle (Niels Schneider).

Le film Fabuleuses de Mélanie Charbonneau est nommé dans cinq catégories incluant Meilleur film, Meilleure interprétation féminine dans un premier rôle (Noémie O’Farrell) et Meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien (Juliette Gosselin). The Song of Names de François Girard est dans la course pour quatre Iris dont Meilleur son, Meilleurs effets visuels et Meilleure musique originale.

14 jours 12 nuits de Jean-Philippe Duval se distingue dans les catégories Meilleure interprétation féminine dans un premier rôle (Anne Dorval), Meilleure direction de la photographie et Meilleur montage. Jouliks de Mariloup Wolfe se mérite également trois nominations, soit Révélation de l’année (Lilou Roy-Lanouette), Meilleurs costumes et Meilleur maquillage. Pour sa part, Menteur d’Émile Gaudreault est en lice pour Meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien (Geneviève Schmidt), Révélation de l’année (Catherine Chabot) et Prix du public.

Un deuxième film de la réalisatrice Louise Archambault est dans la course aux Iris 2020 : Merci pour tout est nommé dans les catégories Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien (Robin Aubert) et Prix du public. Le rire de Martin Laroche se démarque aussi dans deux catégories, Meilleure interprétation féminine dans un premier rôle (Léane Labrèche-Dor) et Meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien (Micheline Lanctôt).

Les films Genèse de Philippe Lesage, The Hummingbird Project de Kim Nguyen, Mad Dog Labine de Jonathan Beaulieu-Cyr et Renaud Lessard, Répertoire des villes disparues de Denis Côté ainsi que Ville Neuve de Félix Dufour-Laperrière obtiennent de leur côté une nomination chacun.

En tout, 21 des 30 films inscrits longs métrages de fiction s’illustrent dans au moins une catégorie.

LE DOCUMENTAIRE

Dans la section documentaire, le film Alexandre le fou de Pedro Pires arrive en tête avec quatre nominations : Meilleur film documentaire, Meilleure direction de la photographie, Meilleur montage et Meilleur son. Mad Dog & The Butcher – Les derniers vilains de Thomas Rinfret et Soleils noirs de Julien Elie, sont respectivement en lice dans trois catégories, Meilleur film documentaire, Meilleure direction de la photographie et Meilleur montage. Sur les toits Havane de Pedro Ruiz obtient lui aussi deux nominations, soit Meilleure direction de la photographie et Meilleur son. Le film Une femme, ma mère de Claude Demers est dans la course pour les Iris du Meilleur montage et du Meilleur son. Xalko de Hind Benchekroun et Sami Mermer se retrouve dans les catégories Meilleur film documentaire et Meilleure direction de la photographie. Ziva Postec. La monteuse derrière le film Shoah de Catherine Hébert se mérite également deux nominations : Meilleur film documentaire ainsi que Meilleur montage. Finalement, Échos d’Istanbul de Giulia Frati et La fin des terres de Loïc Darses sont, pour sa part, nommés dans la catégorie Meilleur son.

NOTRE CINÉMA SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

Le cinéma québécois a beaucoup voyagé et s’est démarqué partout à travers le monde cette année. Grâce à un système de pondération qui tient notamment compte des territoires hors Québec où le film a été distribué, du nombre de sélections dans les festivals internationaux et des prix remportés depuis la sortie du film jusqu’au 31 mars 2020, cinq longs métrages sont considérés pour l’IRIS DU FILM S’ÉTANT LE PLUS ILLUSTRÉ À L’EXTÉRIEUR DU QUÉBEC : Antigone de Sophie Deraspe, La femme de mon frère de Monia Chokri, Genèse de Philippe Lesage, Kuessipan de Myriam Verreault et Répertoire des villes disparues de Denis Côté.

PRIX DU PUBLIC

Québec Cinéma invitera le public à voter pour son film favori parmi les cinq films ayant enregistré le plus d’entrées dans les salles du Québec durant la période d’éligibilité du Gala. Les films finalistes sont : La femme de mon frère de Monia Chokri, Il pleuvait des oiseaux de Louise Archambault, Mafia Inc de Daniel Grou (Podz), Menteur d’Émile Gaudreault et Merci pour tout de Louise Archambault.

LES COURTS MÉTRAGES

Dans la catégorie MEILLEUR COURT MÉTRAGE DE FICTION, nous retrouvons les films Je finirai en prison de Alexandre Dostie, Jojo de Guillaume Laurin, Juste moi et toi de Sandrine Brodeur-Desrosiers, SDR de Alexa-Jeanne Dubé et Une bombe au cœur de Rémi St-Michel.

Du côté de L’IRIS DU MEILLEUR COURT MÉTRAGE D’ANIMATION, les finalistes sont Le cortège de Pascal Blanchet et Rodolphe Saint-Gelais, Le mal du siècle de Catherine Lepage, Organic de Steven Woloshen, Physique de la tristesse de Theodore Ushev ainsi que Les vêtements de Caroline Blais.

IRIS HOMMAGE 2020

Le Gala Québec Cinéma souligne annuellement le travail d’une personnalité dont les réalisations marquent autant le public que l’histoire et l’évolution de notre industrie. Cette année, la récipiendaire a été sélectionnée à la suite d’une recommandation unanime du Comité de représentation professionnelle de Québec Cinéma (CRP). L’organisme est donc extrêmement fier d’annoncer que l’IRIS HOMMAGE 2020 sera remis à la cinéaste ALANIS OBOMSAWIN.

Membre de la nation abénaquise, Mme Obomsawin est l’une des plus éminentes documentaristes du Canada et son œuvre est aujourd’hui reconnue partout dans le monde. Depuis plus de 50 ans, elle exerce passionnément son métier et a rendu la parole, l’espoir et la mémoire aux membres des Premières Nations. Grâce à son art et à sa détermination, elle nous a donné à voir ces peuples invisibles, à entendre les voix de ces nations bâillonnées par l’Histoire. Pédagogue de la fierté autochtone, elle entre à l’ONF en 1967 où elle produira et réalisera 52 longs métrages documentaires et courts films documentaires éducatifs ou de fiction. Toute son œuvre tourne autour des Premières Nations du Canada, à qui elle offre cet autre regard subjectif et concerné, parfois révolté. Le rôle important qu’elle a joué dans notre cinématographie participe de la grande tradition du film documentaire, en jetant cet autre regard sur le monde, lequel a enrichi notre patrimoine tout en éveillant notre mémoire et nos consciences.

Voilà l’implication politique, culturelle et cinématographique d’Alanis Obomsawin, une femme dont le courage, le talent et la ténacité auront légué à notre société la mémoire de tout un peuple.

LE DEUXIÈME TOUR DE VOTE DÉBUTE AUJOURD’HUI

Les finalistes des 18 Prix Iris récompensant les longs métrages de fiction seront soumis dès aujourd’hui aux membres votants, qui détermineront les grands gagnants de ces catégories. Comme lors du premier tour, ceux-ci pourront profiter de la plateforme de visionnement de Québec Cinéma. À noter que le lauréat du Meilleur premier film est déterminé par le jury de présélection des finalistes. Par ailleurs, un jury composé d’artistes et de professionnels nommés par les associations siégeant au Comité de représentation professionnelle (CRP) de Québec Cinéma devra, pour sa part, déterminer les lauréat(e)s dans les catégories documentaires et courts métrages. Le vote pour le Prix du public, ouvert à tous les cinéphiles du Québec, démarrera quant à lui en mai.

 

LISTE DES FINALISTES 2020

https://gala.quebeccinema.ca/finalistes-et-laureats

Pour ne rien manquer du Gala Québec Cinéma : #GalaCinéma

Facebook|TwitterInstagramVimeoYouTube | quebeccinema.ca

UN MERCI SPÉCIAL À NOS COLLABORATEURS POUR CETTE ANNÉE SPÉCIALE

Québec Cinéma tient à remercier ses précieux partenaires qui lui permettent de poursuivre sa mission de rayonnement du cinéma québécois et de remettre les Prix Iris 2020. Merci à Téléfilm Canada, à la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) et au Ministère de la Culture et des communications du Québec pour leur soutien indéfectible. Merci à Radio-Canada, notre complice de diffusion et à MELS, partenaire du Gala depuis ses débuts. Merci enfin au Fonds Québecor, à la Banque Nationale et à Netflix qui, en continuant à nous appuyer cette année, nous donnent la chance de promouvoir les talents du Québec auprès de nos concitoyens.

Merci à Annexe Communications, CTVM.info, Qui fait Quoi ainsi qu’à tous les partenaires du SPRINT Gala. Québec Cinéma tient enfin à saluer les associations professionnelles membres du CRP pour leur soutien et à leur signifier notre appui pour la suite de choses.

 

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / animation / Cinéma / court métrage / documentaire / Gala / Prix