fbpx

Résiste! Pony rencontre des artistes à contre-courant

TV5 diffusera Résiste!, un tout nouveau magazine culturel documentaire animé par l’artiste montréalaise Gabrielle Laïla Tittley, alias Pony, les mardis 21 h dès le 9 février 2021.

Dans chaque épisode, l’animatrice s’intéresse aux artistes contemporains qui résistent à la culture de masse en créant des œuvres  riches de sens pour que l’essence de leur ville ne meurt jamais. Sa quête la mène dans les ateliers, les studios, les bars et les ruelles des villes les plus vivantes de l’heure. Produits par Olivier Aghaby, en collaboration avec Kathleen O’Leary et réalisés par Alex B. Martin, les épisodes s’additionneront sur le site de la chaîne au fil de la diffusion télé.

Rappeurs, auteurs, photographes, artistes visuels, muralistes, chorégraphes, illustrateurs et journalistes croisent sa route et dévoilent le propos derrière leurs œuvres. C’est l’occasion d’en apprendre sur leur processus créatif et leur activisme qui cherche à dénoncer certaines situations qui doivent changer. Droits civiques, racisme, embourgeoisement, violence, héritage, des conversations sociales sont ouvertes pour mettre en lumière certaines idées préconçues.

Pony partage le parcours de chaque artiste et invite les téléspectateurs à le découvrir et à le suivre sur Instagram. Au fil de ces échanges, l’animatrice explore des lieux bouillonnant de culture et pose un regard sur la place qu’occupent les pratiques artistiques dans les sphères sociales, culturelles et économiques d’une société.

Lieux explorés dans les 5 premiers épisodes:

Nouvelle-Orléans, Atlanta, Détroit, Londres, Montréal.
Cinq autres épisodes seront tournés quand les tournages internationaux reprendront.

Montréal, un tremplin culturel débordant de talents

Dans l’épisode consacré à la métropole, Pony fait un arrêt à Rivières-des-Prairies où elle rencontre les animateurs Lex et Wasiu pour aborder leurs racines pluriculturelles et les difficultés qu’ils rencontrent à représenter leurs communautés dans leurs œuvres. Le documentariste et ancien policier, Will Prosper explique les enjeux de racisme systémique à Montréal-Nord, le rôle de la police dans ce système et les obstacles que les jeunes peuvent rencontrer pour devenir artistes.

Dans le Mile-End, Pony discute avec l’artiste visuelle Caroline Monnet de son désir de créer des œuvres qui brisent les stéréotypes et déconstruisent l’idée que les autochtones sont des victimes. Sur le Mont-Royal, le légendaire Armand Vaillancourt partage sa vision d’un nous collectif et inclusif. Pony et Elisapie retracent l’arrivée de l’artiste inuk à Montréal et sa vision des femmes en arts. Stacey Désilier, quant à elle, se confie sur les préjugés qu’entretient le milieu de la danse contemporaine envers les danseuses de breakdance.

Pony se rend au studio d’Elie Chap, un illustrateur et imprimeur pour discuter de l’identité culturelle des immigrants de deuxième génération et de l’importance d’appartenir à une communauté. En pleine nuit, Pony retrouve Nate Husser dans le quartier Petite-Bourgogne pour parler de l’histoire du quartier, de ses luttes pour les droits civiques et la place du rap dans la cartographie culturelle montréalaise.

Pony, l’artiste

L’artiste montréalaise Pony (Gabrielle Laïla Tittley) a su se hisser au top de la scène artistique de la ville grâce à ses illustrations touchantes et colorées qui explorent la culture populaire avec sensibilité et humour. Autodidacte, la peintre, illustratrice et affichiste, fonde la marque de vêtement Émotions infinies et gère sa boutique en ligne et nouvellement sur la rue St-Hubert. L’artiste propose des vêtements porteurs de messages réconfortants et de jeux de mots ingénieux. Passionnée de musique, elle s’en inspire pour créer et a signé plusieurs illustrations de pochettes d’albums pour des artistes locaux et internationaux. Dans son art, elle explore des thèmes qu’elle juge importants tels que la santé mentale, l’inclusion et la justice sociale. Engagée socialement, son authenticité, sa créativité et son intelligence inspirent beaucoup à travers les réseaux sociaux, et plus particulièrement Instagram.

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Télévision