fbpx

Télé-Québec se penche sur la montée de l’extrême droite

Le mercredi 21 novembre, Télé-Québec consacrera sa soirée télé au phénomène de la montée de l’extrême droite et à ses dérives possibles avec le nouveau documentaire « La Bombe » à 20 h, suivi d’une discussion aux Francs-tireurs à 21 h.

Il y a quelques jours, une autre de ces manifestations claires de la haine raciale a frappé à Pittsburgh alors qu’une attaque antisémite a été perpétrée contre la synagogue Tree of Life, faisant 11 victimes. Selon la police de l’endroit, un homme aurait affirmé lors de son arrestation souhaiter « que tous les Juifs meurent », les considérant responsables du « génocide » des Américains.

Et si l’intolérance, le racisme, l’islamophobie étaient en train de gagner du terrain en douce et menaçaient la paix sociale? Maxime Fiset, « p’tit gars » de Québec, voit venir le pire. Ancien skinhead néonazi, il s’appuie sur son lourd passé de jeune radicalisé comme levier pour contribuer aujourd’hui à la prévention de la radicalisation menant à la violence… et désamorcer la bombe! Avec le réalisateur Gabriel Allard Gagnon (à qui l’on doit notamment le percutant T’es où Youssef? , il signe le nouveau documentaire La bombe.

« Les événements des derniers jours démontrent bien la pertinence d’un tel documentaire permettant d’analyser le phénomène. Il s’agit d’ailleurs d’un sujet si important que Télé-Québec a choisi d’y dédier une soirée complète pour tenter de mieux le comprendre », explique Denis Dubois, directeur général des programmes de Télé-Québec.

Télé-Québec dévoile d’ailleurs la bande-annonce de La bombe aujourd’hui sur la page Facebook de son groupe Les docuvores télé-québécois : visionnez-la ici.

« Si j’ai un squelette dans mon placard, c’est d’avoir été un raciste qui a adopté, défendu et promu son idéologie. Récemment aux nouvelles, je vois de plus en plus de choses qui me rappellent mon lourd passé. Des gens qui s’angoissent à différents degrés de l’immigration comme moi à l’époque, qui se rassemblent pour protester, qui sont hostiles face à l’étranger », témoigne Maxime Fiset, qui a fini par vaincre ses démons et renier le racisme. 

Tout de suite après la diffusion du documentaire, la discussion se poursuivra aux Francs-tireurs, dès 21 h. On analysera le phénomène de la radicalisation, incluant bien sûr celle qui peut mener à la violence. L’objectif : comprendre ce qui anime les « radicaux violents  » et identifier de quelle façon la société peut prévenir leurs actions, ou même diminuer leur nombre.

***

Encore plus en baladodiffusion et sur le web 

Une série en baladodiffusion (8 épisodes d’environ 20 minutes chacun) accompagnera le documentaire et donnera un accès inédit à la droite identitaire québécoise, que le réalisateur du film a fréquentée pendant plusieurs mois. À écouter sur labombe.telequebec.tv dès le 14 novembre 2018. Ce même site présentera également un bestiaire de l’extrême droite, des capsules des symboles du mouvement de la droite, des entrevues exclusives avec les porte-paroles de La Meute et de Storm Alliance, en plus d’un guide pour reconnaître les signes précurseurs de la radicalisation, dès le 21 novembre.

***

Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence

Montréal : 514-687-7141 | Ailleurs au Québec : 1-877-687-7141 | info@info-radical.org

Informations de production 

  • Format : 1 x 52 min (documentaire) | 8×10 min (balado)
  • Scénaristes : Gabriel Allard-Gagnon (documentaire, balado), Maxime Fiset (documentaire), Cédric Chabuel (balado)
  • Producteur au contenu : Mathieu Paiement
  • Productrice : Mylène Ferron
  • Production : Blimp Télé — Québec, 2018

***

À propos de Télé-Québec

En 2018, Télé-Québec célèbre 50 ans en tant que média public à vocation éducative et culturelle du Québec. Cinquante ans à offrir à tous et toutes une programmation unique qui cultive le goût du savoir, favorise l’acquisition de connaissances, suscite la réflexion, promeut la vie artistique et culturelle d’ici, et reflète les réalités régionales et la diversité du Québec. Outre son siège social établi à Montréal, la Société compte 10 bureaux régionaux. On peut suivre Télé-Québec sur Facebook et Twittertelequebec.tv

Espace de discussion dédié au documentaire sur Facebook

Grâce à une programmation documentaire de qualité reconnue, une communauté avide de discussion s’est naturellement fédérée autour des plateformes sociales de Télé-Québec. Lancé sur Facebook, le groupe Les docuvores télé-québécois rassemble les téléspectateurs les plus intéressés autour de nos documentaires originaux et internationaux afin de susciter la discussion avant et après leur diffusion.

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / documentaire / Télévision / Web