TESLA : LUMIÈRE MONDIALE (ONF) en première mondiale à la Semaine de la critique

TESLA : LUMIÈRE MONDIALE (ONF) de Matthew Rankin sélectionné en première mondiale à la Semaine de la critique du Festival de Cannes

Le court métrage d’animation TESLA : LUMIÈRE MONDIALE de Matthew Rankin, produit à l’Office national du film du Canada (ONF) par Julie Roy, vient d’être sélectionné en première mondiale à la 56e Semaine de la critique, une section parallèle du prestigieux Festival de Cannes organisée par le Syndicat français de la critique de cinéma.

Le film fait partie des 10 courts métrages en compétition à cette manifestation internationale, qui aura lieu du 18 au 26 mai 2017.

 

TESLA : LUMIÈRE MONDIALE

Véritable expérience de cinéma conçue pour grand écran, TESLA : LUMIÈRE MONDIALE se déroule à New York en 1905. L’inventeur visionnaire Nikola Tesla fait un ultime appel à J. P. Morgan, son mécène de jadis… Inspiré de faits réels, ce court métrage électrisant est une spectaculaire explosion audiovisuelle puisant son énergie autant dans le documentaire animé que dans les références au cinéma d’avant-garde. La conception sonore est signée par Sacha A. Ratcliffe.

 

Matthew Rankin

Natif de Winnipeg, au Manitoba, Matthew Rankin a étudié l’histoire du Québec à l’Université McGill et à l’Université Laval avant de se consacrer au cinéma. Il réside à Montréal. Son travail se caractérise par le métissage des genres, le recours à des éléments historiques ou documentaires ainsi qu’à une esthétique référentielle empreinte de lyrisme. Il utilise fréquemment des procédés techniques relevant du cinéma expérimental.

Ses principales réalisations sont Cattle Call (coréalisé avec Mike Maryniuk, 2008), Hydro-Lévesque (2008), Tabula Rasa (2011) et Mynarski chute mortelle (2014). Pour ce dernier film, récompensé en 2015 du prix Off-Limits au Festival international du film d’animation d’Annecy, Matthew Rankin a bénéficié du programme ACIC (Aide au cinéma indépendant – Canada) de l’ONF. TESLA : LUMIÈRE MONDIALE est son deuxième film produit à l’ONF, après Les exploits radicaux de Walter Boudreau (2015).

 

 

« Cette sélection du film de Matthew Rankin à la Semaine de la critique de Cannes couronne une année grandiose pour le Studio d’animation français de l’ONF. Elle s’est amorcée par la sélection de Vaysha l’aveugle à Berlin, et s’est poursuivie avec les deux plus prestigieux prix au Festival d’Annecy, soit le Cristal d’Annecy (Une tête disparaît) et le Prix du jury (Vaysha l’aveugle), sans oublier le Grand Prix au Festival d’Ottawa (J’aime les filles) et une nomination aux Oscars pour Vaysha l’aveugle. Bravo aux cinéastes et à toute l’équipe du studio ! » Claude Joli-Coeur, commissaire du gouvernement à la cinématographie et président de l’ONF

 

« La production du film de Matthew Rankin fut une expérience extrêmement riche ! Talentueux, polyvalent, rassembleur, créatif, cultivé, Matthew m’a énormément impressionnée par sa manière d’aborder ce personnage historique qu’est Nikola Tesla. Il révèle le scientifique sous un jour méconnu, par un tournage en pellicule 16 mm et l’utilisation d’une pléthore de techniques d’animation artisanales — de la pixillation à l’animation de marionnettes en passant par l’encre sur pellicule —, s’inscrivant ainsi dans la plus pure tradition de l’animation d’auteur de l’ONF. » Julie Roy, productrice exécutive du Studio d’animation français de l’ONF

 

https://www.onf.ca/film/tesla_lumiere_mondiale/?utm_campaign=comms-fr&utm_medium=pressrelease&utm_source=newsletter&utm_content=tesla

Plus d'articles dans Actualités / animation / Cinéma / Festival