fbpx

Simon Lavoie tourne La petite fille qui aimait trop les allumettes

Simon Lavoie tourne La petite fille qui aimait trop les allumettes

Montréal le 26 juillet 2016. Le producteur Marcel Giroux (GPA Films) et le cinéaste Simon Lavoie sont fiers d’annoncer le début du tournage du long métrage La petite fille qui aimait trop les allumettes, librement inspiré du célèbre roman de Gaétan Soucy[1]. Le tournage se déroule à Montréal et dans la région des Laurentides, du 26 juillet au 4 septembre 2016.

 

Écrit et réalisé par Simon Lavoie, le film met en vedette la jeune comédienne Marine Johnson, entourée par Antoine L’Écuyer, Alex Godbout, Laurie Babin-Fortin, ainsi que Jean-François Casabonne.

 

L’histoire

« La petite fille qui aimait trop les allumettes » raconte les tribulations de deux adolescents élevés seuls par leur père dans un manoir décrépi à la campagne. Bientôt livrés à eux-mêmes, l’un d’eux tente de perpétuer les règles absurdes édictées par cet homme mystérieux, tandis que l’autre est épris de connaissance et de vérité ; il découvrira bientôt son identité réelle et le récit de sa propre genèse.

 

Production

Producteur chevronné ayant travaillé avec plusieurs cinéastes et artisans parmi les plus réputés au Québec, Marcel Giroux – avec l’aval de Gaétan Soucy – a reconnu en Simon Lavoie « le cinéaste » qui devait porter cette œuvre phare à l’écran. La direction de la photographie est de Nicolas Canniccioni, la direction artistique de Marjorie Rhéaume, les costumes sont conçus par Francesca Chamberland, la conception sonore de Patrice Leblanc tandis qu’Aube Foglia assure le montage.

Dans ses films précédents, dont les longs métrages Laurentie, Le torrent, Simon Lavoie a élaboré un ton, un propos, une stylistique, qui sont le fait d’une véritable démarche artistique.

Avec La petite fille qui aimait trop les allumettes, Simon promet une relecture personnelle de l’œuvre de Gaétan Soucy, avec une signature visuelle forte et des personnages intenses et attachants.

Financement

Produit par Marcel Giroux pour GPA Films avec le soutien financier de la SODEC, Téléfilm Canada, le Fonds Harold Greenberg, TV5/UNIS, les programmes de crédit d’impôt fédéral et provincial. Funfilm est le distributeur au Canada et Les Films Séville assure les ventes internationales.

Les fournisseurs Cinépool, Cinéground, Post-Moderne, Bande à Part Audio et Alchemy24 sont des partenaires importants.

 

[1] La petite fille qui aimait trop les allumettes – Les éditions du Boréal (1998)

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / en production