fbpx

Bilan positif pour les Cinémas Beaubien et du Parc

Le Cinéma du Parc et le Cinéma Beaubien se démarquent aux guichets

Alors que les cinémas du Québec ont connu une baisse de 9% de leur box-office en 2014, le Cinéma du Parc et le Cinéma Beaubien se démarquent avec des hausses de fréquentation. Par la qualité de leur programmation et par leur implication auprès des communautés, le Parc et le Beaubien ont réussi à éviter d’être emportés par la diminution dévoilée la semaine dernière par la firme Cinéac. Ils ont tous deux augmenté leurs recettes au guichet.

Hausse exceptionnelle de 15% des revenus au Cinéma du Parc

À la suite d’investissements majeurs dans ses équipements de projection, et grâce à la présentation de films exclusifs et à une augmentation des heures d’ouverture qui correspond maintenant mieux aux besoins de sa clientèle, le Cinéma du Parc a vu son box-office croître de 11% en 2014 par rapport à l’année précédente. Selon le directeur général du cinéma, Mario Fortin : « Le Parc connaît une période de renouveau exceptionnelle. Nous sommes à l’écoute de notre clientèle : nous leur offrons des films originaux et singuliers, qu’on ne retrouve pas ailleurs et qui correspondent à leurs goûts. Les cinéphiles le reconnaissent et retrouvent le plaisir de visionner des films en salle. » La programmation des films The Grand Budapest Hotel, Birdman et Mommy, tous trois présentés avec sous-titres, ainsi que la réception d’événements cinématographiques d’envergure comme le Festival du Nouveau Cinéma (FNC) et les Rencontres internationales du Documentaire de Montréal (RIDM) ont contribué à cette hausse contraire à la tendance des autres cinémas. Pour les douze mois de 2014, le Cinéma du Parc a vu ses revenus bondir de 15% par rapport à 2013.

Hausse du box-office de 11% au Beaubien

De son côté, le Cinéma Beaubien a réussi à augmenter son box-office de 11% grâce à une sélection de films ayant une forte résonnance auprès de sa communauté. Parmi cette liste, nous retrouvons la comédie française Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu?, véritable succès surprise en salles au Québec, ainsi que l’incomparable Mommy, symbole d’un cinéma québécois en pleine effervescence.

« Ces résultats obtenus par le Parc et le Beaubien confirment la pertinence d’une part d’offrir au public une programmation différente et, d’autre part, d’entretenir des liens d’une autre nature avec les communautés dans lesquels nous sommes implantés. « Nous serons toujours très heureux de contredire ceux qui voient l’avenir du cinéma en salle d’un oeil pessimiste », a conclu monsieur Fortin.

Rappelons que le Cinéma du Parc est une entreprise d’économie sociale qui vise à mettre en valeur le 7e art sous toutes ses formes. Ouvert sur le monde tout en demeurant à l’affut des créateurs d’ici, et à l’écoute des différentes communautés linguistiques de la grande métropole, le Parc propose un cinéma alternatif riche en diversité.

Le Cinéma Beaubien est quant à lui une entreprise d’économie sociale gérée par un organisme sans but lucratif. Sa mission est de promouvoir et favoriser le développement culturel, économique et social au Cinéma Beaubien en offrant une programmation en salle comprenant principalement des films tirés du répertoire d’auteurs et de primeurs, sans exclure le cinéma commercial québécois.

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma