fbpx

Cinéma du Québec à Paris 2014 au Forum des images

Voici les films québécois qui seront présentés dans le cadre de la 18 édition du CQP du 21 au 26 novembre prochain à Paris!

Le fil conducteur de l’édition 2014

Au Festival de Cannes cette année, le jeune et prolixe cinéaste québécois Xavier Dolan créait l’événement avec son film Mommy et obtenait le Prix du Jury. La fantaisie, l’enthousiasme, la force poétique, la virtuosité, qui font son cinéma, sont les éléments à retrouver dans les nouvelles oeuvres québécoises présentées à Cinéma du Québec à Paris.

Chaque année, Cinéma du Québec à Paris, initié par la SODEC, propose un panorama de la production cinématographique québécoise. La programmation s’articule autour de films attendus et de cinéastes reconnus, mais c’est aussi une occasion de découvrir de « nouveaux regards », de films de recherche et documentaires ainsi qu’ une sélection de huit courts métrages parmi les plus remarquables de l’année.

Cette 18e édition se place donc sous le signe de la jeunesse dont chaque cinéaste trace un portrait singulier :
Julie Hivon dans Qu’est-ce qu’on fait ici ?,
Alexis Durand-Brault dans La Petite Reine,
Stéphane Lafleur dans Tu dors Nicole, découvert à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes et qui sortira en France en mars prochain.

À côté de ces trois films qui mettent en scène de jeunes adultes à un tournant de leur vie, Ricardo Trogi raconte dans 1987, une comédie parfois très décalée, les aventures d’un adolescent et de sa bande. Ce long métrage connaît un succès populaire au box-office québécois depuis sa sortie en salles en août dernier.

La jeunesse encore dans Le Règne de la beauté, le dernier film de Denys Arcand qui clôture la manifestation. Une rencontre vient tout dérégler dans une vie en apparence parfaite et protégée par l’harmonie et la beauté des paysages. De ce cinéaste emblématique, nous redécouvrirons Jésus de Montréal, Prix du Jury au Festival de Cannes en 1989, numérisé en HD et restauré par Éléphant, mémoire du cinéma québécois, qui a entrepris, depuis 6 ans, de restaurer et diffuser le patrimoine cinématographique québécois.

Carole Laure a, quant à elle, réalisé un film choral, Love Projet, avec de jeunes artistes, dont on suit au plus près le quotidien entre projets professionnels, vie amoureuse et relations familiales. Quelques mois parmi tant d’autres dans cette vie montréalaise d’aujourd’hui. Après le Festival du nouveau cinéma de Montréal, Carole Laure nous en offre la première internationale en ouverture. Présidente d’honneur de Cinéma du Québec à Paris depuis la création de l’événement, elle viendra également cette année en compagnie de Lewis Furey, qui a signé la musique du film, pour une leçon de musique et de complicité artistique.

Autre temps fort, l’avant-première de Félix et Meira de Maxime Giroux, présenté avant sa sortie en salle à Paris et après les festivals de Toronto et San Sebastian.

Du côté des nouveaux regards, un Appel à l’anxiété générale ! d’Helene Klodawsky nous entraîne dans la vie quotidienne des musiciens du groupe montréalais Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra, et leurs questionnements au jour le jour. À notre programmation figurent aussi deux films qui se répondent autour de la vie des réserves amérindiennes et des Premières Nations, et questionnent l’histoire du Québec : Québékoisie, le documentaire de Mélanie Carrier et Olivier Higgins, et le long métrage de fiction Rhymes for Young Ghouls de Jeff Barnaby.

Enfin, le film de Simon Beaulieu, Miron : un homme revenu d’en dehors du monde, nous permet de rendre hommage au poète Gaston Miron.

Le documentaire Alex marche à l’amour de Dominic Leclerc, la lecture de ses poèmes et une table ronde prolongeront la rencontre avec cette grande figure de la culture québécoise, cet homme de poésie et d’engagement.

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités