fbpx

Environnement, féminisme et gastronomie au coeur du 48e Festival du nouveau cinéma

48e Festival du nouveau cinéma : Environnement, féminisme et gastronomie.

3 thématiques au coeur de la programmation, du 9 au 20 octobre 2019.

Le Festival du nouveau cinéma (FNC) est heureux d’annoncer que plusieurs thématiques fortes viendront ponctuer sa 48e édition du 9 au 20 octobre prochain : l’environnement, le féminisme et la gastronomie seront au cœur de la programmation de cette année à travers une série d’évènements et de projections dédiées qui trouveront également écho dans les différentes sections du festival.

FILMS POUR LA PLANÈTE

Cette année, l’urgence environnementale s’incarnera au FNC à travers une série de projections-débats présentée par Urbania.

Ainsi, le 11 octobre à 19h, le public pourra voir SILENT RUNNING (1972), de Douglas Trumbull suivi d’une discussion dédiée à l’importance du militantisme dans la lutte aux changements climatiques et animée par les organismes Extinction Rebellion et La Planète s’invite à l’Université.

Puis, le 15 octobre à 18h, les festivaliers pourront (re)découvrir TAKE SHELTER (2011) de Jeff Nichols. Luc Ferrandez, homme politique québécois et environnementaliste, introduira cette séance. Cette projection sera suivie d’une discussion sur l’éco-anxiété, la peur de la fin du monde et les études survivalistes animée par Laure Waridel (éco-sociologue et co-fondatrice d’Equiterre).

Enfin, le 16 octobre à 18h45, sera présenté SOYLENT GREEN (1973) de Richard Fleischer. S’en suivra un débat animé par Bernard Lavallée (nutritionniste urbain) et Caroline Huard (Loounie, créatrice de recettes véganes) sur les différentes formes d’alimentation, le véganisme ainsi que les phénomènes qui causent l’épuisement des ressources naturelles, comme la surpopulation.

Outre ces projections-débats, d’autres films de fiction majeurs seront présentés au cours de ce cycle, de ceux qui changent notre regard sur le monde, traitant avec ambition, philosophie et poésie de thèmes interconnectés: biodiversité, climat, consommation, éco-anxiété. Ce sera ainsi l’occasion de redécouvrir THE LAST WAVE de Peter Weir; WIND ACROSS THE EVERGLADES de Nicholas Ray; LONG WEEKEND de Colin Eggleston et POM POKO de Isao Takahata.

Par ailleurs, l’écologie résonnera aussi au sein de la programmation régulière grâce à BACURAU de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles, Prix du Jury du dernier Festival de Cannes; le documentaire VAILLANCOURT : REGARDE SI C’EST BEAU de John Blouin; LES FLEURS OUBLIÉES d’André Forcier; SYSTÈME K de Renaud Barret, présenté à la Berlinale en 2019; le long-métrage d’animation CHILDREN OF THE SEA de Ayumu Watanabe; L’ANGE DU NORD de Jean-Michel Roux et, enfin, JACOB ET LES CHIENS QUI PARLENT réalisé par Edmunds Jansons et présenté dans la section P’tits Loups.

FÉMINISME ET CINÉMA : HOMMAGE AUX PIONNIÈRES ET PLACES AUX CRÉATRICES D’AUJOURD’HUI

Dans un souci de souligner le chemin parcouru mais aussi celui qui reste à faire, le FNC proposera une programmation de cinéma féministe, construite sous la forme d’un hommage aux pionnières qui ont combattu et pavé la voie aux créatrices d’aujourd’hui. Dans le cinéma comme dans la vidéo, dans la narration comme dans l’expérimentation, parfois avec humour, parfois avec horreur, parfois en chantant, toujours inventives et militantes, ces femmes ont ouvert un chapitre inédit dans l’histoire du cinéma.

Ainsi, le 19 octobre à 17h, les festivaliers pourront voir L’UNE CHANTE, L’AUTRE PAS d’Agnès Varda, un classique en version nouvellement restaurée. La projection sera suivie d’une discussion – animée par Rosanna Maule (enseignante en études cinématographiques à Concordia) et Guylaine Dionne (réalisatrice et professeure) – autour de l’œuvre d’Agnès Varda, son discours féministe ainsi que son influence sur les réalisatrices contemporaines.

Puis, le 16 octobre à 17h, le FNC signera la charte du Collectif 50/50 pour s’engager à atteindre la parité d’ici 2020 dans l’industrie audiovisuelle, lors d’un cocktail organisé en collaboration avec le collectif.

Dans le cadre de ce cycle spécialisé, le FNC présentera également plusieurs œuvres de réalisatrices féministes avec une rétrospective qui débutera par le documentaire DELPHINE ET CAROLE : INSOUMUSES de la cinéaste suisse Callisto Mc Nulty. Les cinéastes québécoises occuperont également une place de choix avec les présentations de MOURIR À TUE-TÊTE de Anne Claire Poirier et LA CUISINE ROUGE de Paule Baillargeon et Frédérique Collin présenté par Éléphant : mémoire du cinéma québécois.

Au sein de la programmation régulière, plusieurs longs-métrages de créatrices fortes ou au discours féministe éclatant seront également présentés, des œuvres qui ont résonné dans le circuit des festivals internationaux au cours des derniers mois telles que: ADAM de Maryam Touzani; THE BODY REMEMBERS WHEN THE WORLD BROKE OPEN d’Elle-Máijá Tailfeathers et Kathleen Hepburn; VARDA PAR AGNÈS, dernier film d’Agnès Varda; THE INVISIBLE LIFE OF EURIDICE GUSMAO de Karim Aïnouz; MA NUDITÉ NE SERT À RIEN de Marina De Van; VIDEOPHOBIA de Daisuke Miyazaki; MAKE ME UP de Rachel Maclean; AREN’T YOU HAPPY? de Susanne Heinrich; le récipiendaire du Prix du jury œcuménique de la Berlinale, DIEU EXISTE, SON NOM EST PETRUNYA de Teona Strugar Mitevska; INDIANARA de Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa; WOMAN documentaire sur la place de la femme dans la société réalisé par Anastasia Mikova et Yann Arthus-Bertrand; A MOON FOR MY FATHER de Mania Akbari et Douglas White; ou encore HAUT LES FILLES de François Armanet.

 

GASTRONOMIE ET CINÉMA

La gastronomie sera aussi au cœur des activités offertes aux spectateurs cette année. Jumelant expériences gustatives et cinéma de manière évènementielle, des dégustations de produits locaux et originaux seront proposés au public grâce à différents partenariats avec des chefs, restaurateurs, traiteurs et mixologues québécois.

Le 28 septembre de 13h à 18h30 lors des Journées de la culture, le Festival présentera La recette du succès : une série de trois discussions ludiques et participatives gratuite entre cinéastes et chefs québécois. En présence des cinéastes Sophie Deraspe, Khoa Lê et Chloé Robichaud ainsi que des chefs Antonin Mousseau-Rivard, Janice Tiefenbach et la sommelière Vanya Filipovic.

Le 12 octobre de 20h à 6h, lors de La Grande Nuit Alien, l’équipe d’Alambika procèdera à une réalisation de cocktails terrifiants aux couleurs et aux thèmes des œuvres. Au menu: dégustations spéciales et un petit-déjeuner pour bien fêter la fin de cette nuit.

Le 14 octobre, à 19h, les festivaliers seront invités à un repas d’Action de grâce gratuit (avec option végétarienne). Puis, le 15 octobre à 20h, suite à la projection du film DOULEUR & GLOIRE de Pedro Almodovar, le Chef du restaurant Le Blumenthal, situé à deux pas du Cinéma Impérial, se prêtera au jeu pour créer, imaginer, sentir et se rapprocher des ambiances du film grâce à un menu inimitable et sophistiqué (billet jumelé film & repas à 59$).

Enfin, le 16 octobre à 21h, dans le cadre des célébrations suivant la première du film LES FLEURS OUBLIÉES d’André Forcier, les festivaliers pourront profiter d’une dégustation d’hydromel du Domaine Desrochers ainsi que de cocktails d’exception, réalisés par Alambika avec le gin Marie-Victorin de la distillerie Les Subversifs.

 

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / Conférence / Événements / Festival