fbpx

Le gouvernement du Canada annonce une mesure temporaire pour pallier l’absence d’assurance afin de couvrir les arrêts de production liés à l’apparition de cas de COVID-19

Le gouvernement du Canada annonce une mesure temporaire pour pallier l’absence d’assurance afin de couvrir les arrêts de production liés à l’apparition de cas de COVID-19 sur les plateaux de tournage dans l’industrie audiovisuelle

Le cinéma et la télévision sont au cœur de la vie culturelle des Canadiens et des Canadiennes. Plus qu’un divertissement, c’est souvent grâce aux films et aux émissions produites dans notre pays que nous nous identifions et nous retrouvons. En plus d’être un moteur économique majeur de l’industrie culturelle, le secteur audiovisuel contribue aussi grandement à la création d’emplois variés.

La pandémie de COVID-19 a eu des conséquences considérables sur la réalisation de plusieurs productions. C’est pourquoi le gouvernement du Canada a souhaité mettre en place une mesure de soutien temporaire pour permettre à cette industrie de redémarrer. L’honorable Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien, annonce donc aujourd’hui une initiative visant à compenser l’absence de couverture d’assurance pour les interruptions de tournage et abandons de production causés par la COVID-19 dans le secteur de la production audiovisuelle. Le Fonds d’indemnisation à court terme pour les productions audiovisuelles canadiennes (FICT), qui pourra atteindre 50 millions de dollars, vient répondre à une demande pressante de la part des producteurs, notamment lors des tables rondes et des assemblées générales qu’a tenues le ministre Guilbeault, dont les projets ne peuvent démarrer.

Administré par Téléfilm Canada, en collaboration avec le Fonds des médias du Canada, ce financement permettra d’indemniser les sociétés de production indépendantes à la suite d’une interruption ou de l’abandon d’une production audiovisuelle admissible en raison de l’apparition de cas confirmés de COVID-19.
Cet appui s’ajoute aux mesures de soutien et à l’aide financière qui ont déjà été annoncées pour les secteurs de la culture, du patrimoine et des sports.

« Grâce à cette mesure, nous répondons aux besoins des producteurs du secteur audiovisuel canadien qui sont gravement touchés par la pandémie. Nous allons sauver des emplois et continuer de favoriser la créativité dont fait preuve l’industrie. Notre gouvernement est fier d’appuyer l’industrie cinématographique et télévisuelle canadienne, qui joue un rôle important dans le développement social, culturel et économique de notre pays. » – L’honorable Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien

 

« Cette mesure temporaire apporte une solution concrète à l’une des plus importantes préoccupations de notre industrie. Nous sommes impatients de voir les tournages reprendre et nous serons au service de l’industrie dans le cadre de l’administration de ce fonds. » – Christa Dickenson, directrice générale, Téléfilm Canada.

Faits en bref

Le Fonds d’indemnisation à court terme pour productions audiovisuelles canadiennes (FICT), qui pourra atteindre 50 millions de dollars, est une mesure temporaire administrée par Téléfilm Canada, qui vise à combler le vide laissé par le manque de couverture d’assurance pour les interruptions de tournages et abandons de productions causés par la COVID-19 dans le secteur de la production audiovisuelle.
En cas d’interruption temporaire, le montant maximal de l’indemnisation sera de 1,5 million de dollars et de 3 millions de dollars dans le cas d’un abandon complet de la production.
De plus amples renseignements sur l’entrée en vigueur de ce nouveau fonds et les modalités seront communiqués par Téléfilm Canada au cours des prochaines semaines.

Fonds d’urgence pour soutenir les organismes chargés de la culture, du patrimoine et du sport

L’industrie audiovisuelle bénéficie de la création du Fonds de soutien d’urgence COVID-19 de 500 millions de dollars pour les organismes culturels, patrimoniaux et sportifs. De ce montant, 147,3 millions de dollars sont alloués au secteur audiovisuel pour être distribués par Téléfilm Canada (27 millions de dollars) et par le Fonds des médias du Canada (120,3 millions de dollars), ce qui inclut notamment 2,5 millions de dollars pour les producteurs dans une langue tierce, 10 millions de dollars pour l’industrie du média numérique et 19 millions de dollars pour les producteurs de films et de télévision (en collaboration avec Téléfilm Canada).

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Financement / Télévision