fbpx

« Les fleurs oubliées » en première internationale au Festival de Rotterdam

« Les fleurs oubliées » d’André Forcier présenté en Première internationale à Rotterdam

Filmoption International et les Films du Paria sont fières d’annoncer que Les fleurs oubliées, le plus récent long métrage d’André Forcier, sera présenté en Première internationale au 49e Festival international du film de Rotterdam (22 janvier au 2 février 2020) dans la section The Tyger Burns en présence du réalisateur. Les projections s’échelonneront du 23 au 30 janvier avec 3 séances publiques et une réservée à la presse et à l’industrie.

 

The Tyger Burns est un programme de films contemporains de cinéastes chevronnés. Il comprend une grande variété de films nouveaux et récents de réalisateurs et de réalisatrices qui étaient déjà actifs lorsque le Festival du film de Rotterdam a démarré en 1972 et qui sont toujours actifs en tant que cinéastes. Aussi variés que soient les sujets, les styles, les approches, les genres et les personnalités, ils partagent tous l’idée du cinéma comme mode de vie – de sorte que leur créativité est toujours féconde. Ensemble, ils ne révèlent rien de moins qu’une mystérieuse connaissance du passage du temps, de la structure de la mémoire, du fonctionnement de l’histoire et du cinéma. L’IFFR, comme de nombreux autres festivals de films de nos jours, s’est concentré ces derniers temps de plus en plus sur les cinéastes émergents. Et pour de nombreux cinéastes plus âgés, les festivals réservent principalement des prix pour l’ensemble de leur carrière ainsi que des rétrospectives. The Tyger Burns s’efforce d’aller au-delà, remettant en question la notion que notre temps, notre Zeitgeist, appartient (uniquement) aux jeunes.

Les fleurs oubliées met en vedette une pléiade d’interprètes parmi lesquels Roy Dupuis, Yves Jacques, Christine Beaulieu, Juliette Gosselin, Émile Schneider, Mylène MacKay, Louis Champagne, Donald Pilon, France Castel, Anne Casabonne et Gaston Lepage.

Bande annonce : 

 

L’oeuvre d’André Forcier

Chroniques Labradoriennes, premier court métrage d’André Forcier est sélectionné pour représenter le Canada au Pavillon de la Jeunesse à Expo 67. Au cours des deux années suivantes, il tourne et produit à compte d’auteur Le retour de l’Immaculée Conception. En 1974, après le succès de Bar Salon, Forcier reçoit des mains de Vittorio De Sica la « Sirène d’argent » au festival de Sorrente en Italie. Depuis lors, il construit contre vents, modes et marées une œuvre sans cesse remarquée pour son atmosphère fantaisiste et caustique. Dans sa filmographie, citons, entre autres : L’eau chaude, l’eau frette, le classique Au clair de la lune, Kalamazoo, Une histoire inventée, Le vent du Wyoming, La Comtesse de Baton Rouge, Les États-Unis d’Albert, Je me souviens, Coteau Rouge et Embrasse-moi comme tu m’aimes. En 1987, il est le premier cinéaste québécois à avoir une rétrospective à la Cinémathèque française. En 2003, il est récipiendaire du prestigieux prix Albert-Tessier et en mars 2010, il reçoit le Prix de la Gouverneure générale du Canada, la plus haute distinction en arts médiatiques au pays. Le gala Québec Cinéma lui remet un prix hommage en 2018.

Les fleurs oubliées est produit par Linda Pinet, Louis Laverdière, André Forcier et Jean-François Roesler. Le scénario est l’œuvre d’André Forcier, Linda Pinet, François Pinet-Forcier, Renaud Pinet-Forcier et Jean Boileau. La direction de la photographie est assurée par Nathalie Moliavko-Visotzky, la direction artistique par Patrice Bengle. La musique est une composition de Robert Fusil et les chiens fous et Jo Millette.

Les fleurs oubliées est une production des Films du Paria et d’Exogène films avec la participation financière de la SODEC, de Téléfilm Canada, du Fonds Québecor et des programmes de crédit d’impôt provincial et fédéral. Il est distribué au Canada et à l’international par Filmoption International.

 

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / Festival