fbpx

Les RIDM 2015, la programmation pas à pas

Nous poursuivons l’exploration de la vaste programmation des RIDM 2015!

 

 

 

 

PANORAMA

Présentations spéciales

Comme chaque année, les grands noms et les titres les plus prestigieux de l’année festivalière font l’objet de Présentations spéciales.

  • Avec In Transit et Last Conversations, les regrettés géants du cinéma Albert Maysles et Eduardo Coutinho nous offrent deux œuvres ultimes qui témoignent de leur talent à capter, respectivement, l’âme du peuple américain et de la jeunesse brésilienne.
  • Disparue elle aussi récemment, Chantal Akerman réalise un ultime hommage à sa mère en forme d’œuvre somme dans No Home Movie.
  • Gagnant du premier prix dédié au documentaire lors du dernier Festival de Cannes, Allende mi abuelo Allende, réalisé par la petite fille du président chilien déchu, propose un regard inédit et intime sur l’homme derrière le mythe;
  • Frederick Wiseman explore l’un des quartiers les plus multiculturels de New York dans In Jackson Heights;
  • Patricio Guzmán revient avec Le bouton de nacre, un nouvel essai philosophique et politique sur l’histoire du Chili;
  • Sergei Loznitsa nous replonge dans la chute de l’URSS avec The Event;
  • Claire Simon promène son regard tendre et humaniste au cœur du bois de Vincennes dans Le bois dont les rêves sont faits;
  • Nikolaus Geyrhalter signe une épopée de la vie ordinaire avec Over the Years.
  • À cette riche sélection s’ajoutent Censored Voices, une œuvre choc qui rend disponible pour la première fois les témoignages censurés de soldats israéliens enregistrés peu après la guerre des Six jours, et Guantanamo’s Child: Omar Khadr, premier film à réellement donner la parole au célèbre prisonnier, en liberté surveillée depuis peu. Enfin, l’artiste contemporain Mark Lewis nous invite dans Invention à une balade envoûtante explorant les liens entre villes et architecture.

On vous parle du Québec

Des enjeux majeurs de la société québécoise sont passés au peigne fin dans On vous parle du Québec.

  • Les victimes des réformes récentes de l’assurance emploi ont enfin droit de parole dans Pouding chômeurs;
  • Police Académie lève le voile sur la dernière année de formation des policiers;
  • les projets controversés d’oléoducs, et les méthodes pour lutter contre, sont analysés dans Pipelines, pouvoir et démocratie;
  •  Maman ? Non merci ! part à la rencontre de tous ceux et celles qui s’opposent à la pression sociale d’avoir des enfants;
  • le très beau Manoir fait la chronique des derniers moments d’un accueil pour sans-abri unique en son genre.

États du monde

Les enjeux socio-politiques internationaux sont au cœur d’États du monde.

  • L’intense Tell Spring Not To Come This Year nous propose une immersion au sein d’une division de l’armée afghane chargée de poursuivre la lutte contre les Talibans;
  • le contemplatif Killing Time – Entre deux fronts s’intéresse quant à lui au quotidien de soldats américains cantonnés entre deux missions dans la petite ville désertique de Twentynine Palms;
  • À la poursuite de la paix s’intéresse à tous ceux qui vont sur le terrain pour tenter de changer le cours des conflits.
  • La réalité quotidienne du travail psychiatrique est observée sans fard dans Le divan du monde.
  • Oncle Bernard, l’anti-leçon d’économie nous permet de réécouter les sages paroles du célèbre analyste économique de Charlie Hebdo assassiné cet hiver;
  • The Chinese Mayor nous plonge dans les arcanes de la politique municipale chinoise aux côtés d’un personnage hors du commun.

 

ARTifice 

  • La création artistique est à l’honneur dans ARTifice, qu’il s’agisse de puiser dans l’essence même du documentaire pour observer la naissance d’une sculpture de bronze dans Hand Gestures;
  • de suivre FONKi, un talentueux graffeur montréalais de retour dans son Cambodge d’origine dans Retour aux sources;
  •  de faire le portrait de deux cinéastes exceptionnels dans I Don’t Belong Anywhere – Le cinéma de Chantal Akerman et The 1000 Eyes of Dr. Maddin;
  • de redécouvrir l’une des plus importantes galeristes de l’art moderne dans Peggy Guggenheim – Art Addict;
  •  de partir à la recherche d’un illustrateur québécois mythique dans Sur les traces d’Arthur;
  •  de dévoiler les dessous de l’un des plus grands scandales du monde littéraire contemporain dans The Cult of JT Leroy;
  • Même Ronald et Nancy Reagan deviennent des artistes de performance malgré eux dans les hilarants Reagan Shorts!

 

Portraits

Le documentaire est souvent à hauteur d’hommes. Portraits propose ainsi des destins individuels aussi touchants qu’universels.

  • My Love, Don’t Cross That River est l’histoire bouleversante de l’amour plus grand que nature d’un vieux couple coréen;
  • La nuit s’achève est le récit d’une double réconciliation entre un père, son fils et l’histoire algérienne;
  • La fiancée du Nil observe avec sensibilité la tragédie intime d’une jeune femme égyptienne promise à un inconnu;
  • Llevate mis amores fait le portrait de femmes mexicaines exceptionnelles qui dédient leurs vies à fournir de la nourriture aux migrants prêts à tout pour atteindre les États-Unis;
  • Star*Men assiste aux retrouvailles de vieux astronomes qui n’ont rien perdu de leur passion.

 

  • Beat Dox
    Cette année, la section dédiée aux documentaires musicaux présente cinq films aux styles et aux sujets totalement hétéroclites. Alors que They Will Have to Kill Us First et Yallah ! Underground nous invitent à découvrir le courage des musiciens maliens et des jeunes artistes du printemps arabe, Imagine Waking Up Tomorrow and All Music Has Disappeared suit les traces de Bill Drummond, un drôle d’Anglais, ancienne icône pop, qui parcourt les routes à la recherche de sons ordinaires pour une symphonie universelle. De leur côté, Breaking a Monster et I’m Gone : A film About Amy couvrent les deux extrêmes d’une carrière musicale, celle d’un groupe métal déjà millionnaire avant d’avoir atteint la puberté, et la résistance d’une chanteuse de folk montréalaise revenue de tout.

 

  • UXdoc
    Les limites du documentaire explosent dans UXdoc à travers sept projets qui fusionnent le jeu, le cinéma et les technologies numériques de pointe. Encore une fois, les sujets sont aussi passionnants que disparates :
  • les atteintes à la vie privée à l’ère numérique (Do Not Track),
  • les dessous de l’explosion d’un volcan (En attendant Bárðarbunga),
  • les rapprochements personnels via le web (Highrise – Universe Within) ou
  • un hôtel bien spécial (Love Hotel), le sort des réfugiés syriens (Life on Hold),
  • la Première Guerre mondiale (Le photographe inconnu) ou encore la fonte des glaces arctiques (Polar Sea 360°).

 

  • RÉTROSPECTIVES
  • Thom Andersen
    Le festival célèbre cette année la carrière de Thom Andersen, l’un des documentaristes les plus influents d’Amérique du Nord. Figure phare de l’essai cinématographique, Andersen est un passionné d’histoire du cinéma et d’architecture, comme le démontre son film-culte Los Angeles Plays Itself. À ce sujet, il donnera une conférence au Centre Canadien d’Architecture.
  • L’œil du photographe : la photographie et le documentaire poétique
    Le festival a invité le couple de cinéastes et photographes Melanie Shatzky et Brian M. Cassidy (The Patron Saints, Francine) à choisir une sélection de films documentaires réalisés par des grands photographes, ou dont l’esthétique est influencée par la photographie. Une vingtaine de titres illustreront ainsi le rapport fascinant de l’image fixe à l’image en mouvement. On y retrouvera des grands noms de la photographie et du cinéma tels que Helen Levitt, Ed van der Elsken, William Klein, Agnès Varda, Chris Marker, Johan van der Keuken, Harun Farocki, JH Engström, Roger Ballen, Richard Billingham, Ulrich Seidl ou encore Jem Cohen (qui présentera son nouveau film Counting), ainsi que des artistes d’ici comme Arthur Lipsett, Guy Borremans, Michel Lamothe et Donigan Cumming.

 

  • CONCOURS
  • Parallèlement au festival, Télé-Québec offre la diffusion, sur La Fabrique culturelle, d’une programmation de courts et moyens métrages concoctée spécialement par l’équipe de programmation des RIDM. Du 5 au 15 novembre, le concours « La Fabrique culturelle et les RIDM craquent pour les courts » invitera le public à visionner une sélection de six courts métrages québécois sur lafabriqueculturelle.tv. Le public votera pour son œuvre favorite qui remportera le Prix Fabrique culturelle de Télé-Québec, assorti d’une bourse de 500 $.

 

  • ACTIVITÉS PARALLÈLES
  • Les RIDM organisent de nombreuses activités parallèles conjointement à leur programmation de films. Des conférences, des tables rondes, des projections-débats, des concerts et des installations interactives viennent ponctuer et animer les onze journées du festival.

 

  • Discussions
  • Le compositeur Jóhann Jóhannsson, Gagnant du Golden Globe de la meilleure musique de film pour The Theory of Everything et collaborateur de Denis Villeneuve, donnera une conférence exceptionnelle sur la composition musicale.
  • Deux tables rondes permettront de découvrir les dessous du travail sonore en documentaire et de réfléchir aux liens riches et complexes unissant le documentaire et la photographie.
  • Deux débats sur des enjeux de société suivront les projections des films suivants : Pipelines, pouvoir et démocratie (sur la diversité des moyens d’action citoyenne) et Maman ? Non merci ! (sur la maternité comme idéal à repenser).

 

  • Projections spéciales
    En complément au dernier film de Chantal Akerman et au documentaire qui lui est dédié, les RIDM et la Cinémathèque québécoise proposent de (re)découvrir De l’autre côté (2002), un documentaire d’Akerman sur les migrants mexicains aux États-Unis.

 

  • Soirée de la relève Radio-Canada
  • Les futurs talents québécois seront mis à l’honneur lors d’une Soirée de la relève Radio-Canada, animée par Patrick Masbourian, qui proposera un programme de 11 courts métrages réalisés par des jeunes cinéastes locaux prometteurs. Ce sera aussi l’occasion pour tous de découvrir Intersections, le projet de webdocumentaire produit par les RIDM et réalisé avec des jeunes de l’école secondaire Amos de Montréal-Nord.

 

  • Les nuits du documentaire
  • Dans le cadre de cette collaboration, Radio-Canada présentera une programmation intitulée Les nuits du documentaire les 6, 7, et 8 novembre sur Explora dès minuit, sur ICI Radio-Canada Télé à 23 h30 et sur ARTV à minuit afin de faire écho aux RIDM. De plus, 10 coups de cœurs documentaires seront sélectionnés et mis en vedette sur Tou.tv pendant tout le mois de novembre.
  • Les familles sont aussi invitées à découvrir deux programmes de film accessibles dès 6 ans, programmés par Marcel Jean de la Cinémathèque québécoise, pour initier les plus jeunes au documentaire et leur faire découvrir des incontournables de l’histoire du cinéma.

 

  • Les RIDM renouvellent également leur collaboration avec la série Visions en proposant un programme de films expérimentaux de Isiah Medina et Nicolas Boone.

 

  • Pour la première fois aux RIDM sera proposée une soirée d’écoute publique, une expérience d’écoute collective, sans images, où les sons créent leurs propres formes et font vibrer l’imaginaire. C’est la pièce sonore Cargo de Sophie Berger qui inaugurera cette nouvelle initiative.

 

  • Installations
    La salle UXdoc, située dans la salle Norman-McLaren de la Cinémathèque québécoise, abritera les œuvres de la section du même nom ainsi que le volet webdocumentaire du programme Jeunes publics des RIDM. Déjà dans sa quatrième année, UXdoc revient en force avec une cohorte de projets interactifs, installations et œuvres de réalité virtuelle faisant la part belle aux nouvelles écritures du documentaire.
  • Une installation de l’artiste montréalais Donigan Cumming ainsi que l’installation sonore Dia_log/Dialogue de l’artiste Simon-Pierre Gourd seront exposées au Quartier général des RIDM. Une exposition de photographies du cinéaste et photographe de rue Khalik Allah (Field Niggas) sera présentée dans le hall de l’Excentris pendant toute la durée du festival. On pourra également trouver au sous-sol du Quartier général des RIDM une installation vidéo de Thomas Kneubühler sur la nuit polaire, intitulée Days in Night.
  • Les RIDM proposent une installation interactive originale sur la place Pasteur et sur la promenade des Artistes : les Gifoscopes, qui sont inspirés du praxinoscope, invention optique d’Émile Reynaud à la fin du 19e siècle, et des GIF animés, format très populaire sur internet aujourd’hui.

 

  • Programmation musicale
    Programmées en parallèle de la section Beat Dox consacrée aux documentaires musicaux, les Beat Dox Sessions auront lieu tous les soirs au Quartier général des RIDM. La programmation conçue en partenariat avec des acteurs renommés de l’industrie musicale tels que Heavy Trip, Pop Montréal, Suoni per Il Popolo et M pour Montréal, mettra de l’avant des talents d’ici. Le public pourra venir danser au son de Mozart’s Sister, No Family, Gold Zebra, Perverted Justice et plus encore.

La 18e édition des RIDM se déroulera du 12 au 22 novembre 2015

au Cinéma du Parc, Cinéma Excentris, Cinémathèque québécoise, Université Concordia,

Pavillon Judith-Jasmin Annexe JE et Quartier général des RIDM (3450 St-Urbain).

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / Événements / Festival / Formations / medias numériques / Télévision / Web