fbpx

Lewis Furey – Brahms Lieder, un moment d’intimité magique!

Lewis Furey – Brahms Lieder, une troisième  supplémentaire au Théâtre Outremont le 24 novembre prochain

***

« Dans les ombres de la forêt…
Toutes mes chansons sont nées ici dans ces ombres. »
– Mes Chansons « Meine Lieder »- opus106#4

***

 

« Je me sens comme un magicien quand je parcours une chanson de Brahms – si je la déchiffre attentivement, si j’écoute chaque note que je joue, chaque phrase que je chante, la magie opère : la chanson s’éveille et éclot devant moi. Crues et confessionnelles, elles sont profondément personnelles ; des réflexions intimes sur l’amour et la mort, infusées d’une sexualité sublimée.

Brahms a écrit quelque 200 chansons pour voix et piano de son adolescence jusqu’à sa mort à 64 ans. Tous les deux ans, il publiait 10 à 12 chansons et ses fans se précipitaient dans les librairies de musique pour ramener les partitions chez eux, les déchiffrer en famille et les interpréter pour les amis.

Comme auteur-compositeur-interprète j’étais fasciné par la qualité, la stabilité, et la pérennité de la production de Brahms et cette combinaison unique de profondeur et d’accessibilité qui caractérise sa musique.

Sur le plan émotif, les lieds de Brahms se situent dans un théâtre d’ombres et de lumières: un paysage intérieur ou ces chansons de désir et de plaisir, de perte et de regret, de plénitude et de souvenir naissent et fleurissent. Le spectacle est construit autour d’une quinzaine de lieds que j’ai adaptés en anglais et que je chante au piano. »

 

Lewis Furey

« Il est parfaitement concevable que la splendeur de la vie se tienne prête à côté de chaque être et toujours dans sa plénitude, mais qu’elle soit voilée, enfouie dans les profondeurs, invisible, lointaine. Elle est pourtant là, ni hostile ni réticente, ni sourde, qu’on l’invoque par le mot juste, par son nom juste, et elle vient. C’est là l’essence de la magie, qui ne créé pas, mais invoque. »Franz Kafka

 

Site Web et achat des billets: http://www.lewisfurey.com

 

Extrait:

A nineteenth-century pop star

«At the world premiere of these adaptations in November, Furey will play the piano accompaniment himself as he sings. He’ll probably use a microphone and close the piano lid to project over the piano. The microphone also allows for subtleties of interpretation: the ability to whisper, to use his natural voice.»

Extrait:

Questions de bouquets

«Lewis Furey rappelle qu’au fil de sa longue carrière de 44 ans, Brahms publiait régulièrement des « bouquets » de six ou huit lieder, sous forme de partitions musicales que les gens pouvaient faire leurs, en les décodant et en les interprétants. « C’est une musique populaire, au fond. C’est le même public qui aujourd’hui va acheter le songbook de James Blake ou d’Ariane Moffatt, l’amener à la maison et le déchiffrer avec leur guitare ou leur piano. »»

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Avis à l'industrie / Cinéma / Événements