fbpx

Nouveautés du 4 décembre 2020 sur TËNK le cinéma documentaire en ligne

À voir sur Tënk dès le 4 décembre 2020

La plateforme Tënk présente des films à découvrir à la maison

Cette semaine, Tënk fait place à un imaginaire nordique en présentant trois films autour de la Russie et de l’ex-URSS. Le Livre de la Toundra entraîne le spectateur dans les paysages à couper le souffle de la Tchoukotka, une région isolée de la Russie, à la rencontre d’une communauté d’éleveurs responsables d’un troupeau de plus de 14 000 rennes. Un film extraordinaire qui démontre les difficultés des Tchouktches nomades à survivre à la modernité. 

Pour sa part, La femme aux 5 éléphants nous transporte dans le quotidien de Svetlana Geier, traductrice renommée d’origine ukrainienne, qui se voue à la traduction des œuvres de Dostoïevski du russe vers l’allemand, et toujours habitée par la mémoire de son exil de l’URSS en 1943.  Finalement, les échos slaves se font plus proches dans Le cosaque et la gitane de Nadine Beaudet, qui nous convie cette fois en Abitibi, sur la trace des immigrants russes venus s’installer après la Deuxième Guerre mondiale, dévoilant les récits méconnus et exceptionnels des bâtisseurs de cette région nordique.

Dès maintenant sur Tënk :

Le Livre de la Toundra – Un conte de Vukvukai, Petit-rocher de Aleksei Vakhrushev, 105 min, 2012.

Vieil homme plein d’énergie et de sagesse, Vukvukai vit depuis 72 ans au cœur de la Tchoukotka. Véritable « homme de la toundra », éleveur de rennes, il voit le mode de vie nomade de sa communauté menacé.

La femme aux 5 éléphants de Vadim Jendreyko, 94 min, 2009.

Après une vie bousculée par l’Histoire et transportée par la littérature, Sweltana Geier s’attelle depuis 1992 à la traduction de cinq œuvres majeures de Dostoïevski.

Le cosaque et la gitane de Nadine Beaudet, 77 min, 2012.

Régine et Lev sont parmi les « derniers des premiers » arrivants immigrants. Leurs voix et accents slaves bercent encore le paysage sonore abitibien, mais pour combien de temps…

Loin derrière j’ai laissé mon jasmin de Emmanuelle Gibello, 55 min, 2018.

Trois intellectuels de Damas réfugiés en Occident, devenus activistes un peu malgré eux, partagent leurs souvenirs et cheminements jusqu’à la révolution syrienne.

Les tortues ne meurent pas de vieillesse de Hind Benchekroun et Sami Mermer, 92 min, 2010.

Une incursion dans la vie de trois vieux hommes dans la région du nord du Maroc. Âgés d’autour de quatre-vingts ans, Chehma, un ancien maître pêcheur, Erradi un aubergiste solitaire et Abdesslam, un musicien ambulant, qui travaillent toujours pour gagner leur vie.

À PROPOS DE TËNK

Tënk a été créée à Lussas, en France, dans ce qu’on surnomme affectueusement Le Village documentaire. Depuis sa création, c’est plus de 1 000 oeuvres qui ont été diffusées en Europe francophone à des milliers d’abonné.e.s. En février, une équipe d’ici a lancé la version québécoise de la plateforme, avec la complicité d’une quinzaine de professionnel.le.s du milieu documentaire au Québec.

Parce que changer le monde est une tâche bien démesurée, Tënk se donne la mission plus modeste de renouveler les regards que l’on porte sur le monde par le biais de la diffusion d’oeuvres fortes et singulières. Tënk, c’est un festival de films… à l’année longue!

Pour découvrir Tënk : www.tenk.ca

Page Facebook : facebook.com/tenk.ca

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / animation / Cinéma / documentaire / en ligne / Web