fbpx

ONF | Annecy 2020 : Cristal du court métrage pour « PHYSIQUE DE LA TRISTESSE » de Theodore Ushev

Cristal du court métrage pour « Physique de la tristesse » de Theodore Ushev (ONF) au Festival international du film d’animation d’Annecy 2020

Le film y remporte aussi le prix FIPRESCI

Grand habitué du Festival international du film d’animation d’Annecy, où il a déjà remporté quatre prix au fil des ans, Theodore Ushev a reçu cette année pour la première fois la plus haute distinction du festival, le Cristal du court métrage, pour Physique de la tristesse, produit à l’ONF. Le film, le plus ambitieux réalisé par le cinéaste jusqu’à présent, a aussi gagné le prix FIPRESCI, remis par la Fédération internationale de la presse cinématographique dans la catégorie Courts métrages en compétition L’officielle. Rappelons que le Festival d’Annecy est encore en cours en ligne, jusqu’au 30 juin 2020.

Les faits en bref

  • Physique de la tristesse de Theodore Ushev, une production de l’ONF, a reçu deux prix au Festival d’Annecy 2020 : le Cristal du court métrage, la plus haute distinction, et le prix FIPRESCI.
  • Le cinéaste a déjà remporté quatre autres prix à Annecy : le Prix du jury et le Prix du jury junior pour un court métrage pour Vaysha l’aveugle (2016), le prix FIPRESCI pour Gloria Victoria (2013) et une mention spéciale ex æquo pour Les journaux de Lipsett (2010).
  • Lancé en première mondiale au Festival international du film de Toronto (TIFF), Physique de la tristesse a gagné jusqu’à présent plus de 25 récompenses et compte 50 sélections dans les festivals internationaux.

Citation

« Annecy a toujours fait partie intégrante de ma vie de cinéaste, de mes premiers essais sur le web en 2002 à mon dernier film, Physique de la tristesse. Le festival m’a pratiquement tenu la main, appris à marcher, comme un père le ferait pour son enfant. J’avais gagné plusieurs prix à Annecy, sauf un : le grandiose Cristal. Je suis extrêmement heureux de le recevoir aujourd’hui, et je me sens comme un alpiniste qui, après 18 ans de montée, est finalement arrivé au sommet : c’est mon Everest ! » — Theodore Ushev, cinéaste

À propos du film

Physique de la tristesse de Theodore Ushev (27 min)

Produit à l’ONF par Marc Bertrand, avec la participation d’ARTE France

Productrice exécutive : Julie Roy (ONF)

Dossier de presse (synopsis, biographies, images) : espacemedia.onf.ca/physique-de-la-tristesse

Première œuvre entièrement animée selon la technique de l’encaustique, Physique de la tristesse est inspiré d’un roman de l’écrivain bulgare Guéorgui Gospodinov. Narré en français par Xavier Dolan, et en anglais par Rossif Sutherland avec la participation spéciale de Donald Sutherland, le film brosse un portrait fascinant et personnel sur le thème du déracinement et de l’identité.

À propos du réalisateur

Né en Bulgarie, Theodore Ushev acquiert d’abord sa notoriété comme affichiste dans son pays d’origine avant de s’établir à Montréal en 1999. Il se tourne alors vers l’industrie du multimédia, puis trouve à l’ONF le terreau fertile qui l’amène à réaliser plus de 10 films à ce jour, dont Les journaux de Lipsett (2010), un hommage au célèbre cinéaste expérimental Arthur Lipsett, et Vaysha l’aveugle (2016), nommé aux Oscars. Les films de Theodore Ushev ont remporté plus de 150 prix et distinctions et sont fréquemment présentés à l’occasion de rétrospectives.

Les productions et coproductions de l’ONF en ligne au Festival d’Annecy jusqu’au 30 juin 2020

En plus de Physique de la tristesse, l’ONF a vu trois autres de ses productions et coproductions sélectionnées au festival et présentées en ligne en première mondiale : les courts métrages d’animation Altötting d’Andreas Hykade et Moi, Barnabé de Jean-François Lévesque, ainsi que l’œuvre en réalité virtuelle L’abeille et l’orchidée de Frances Adair Mckenzie.

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / court métrage / Festival / Prix