fbpx

Sur ONF.ca, créations d’animateurs de la relève

Découvrez sur le site ONF.ca les nouvelles et singulières créations d’animateurs canadiens de la relève

Le programme Hothouse de l’ONF réunit chaque année des animateurs talentueux et prometteurs de tous les coins du pays

Le programme Hothouse de l’Office national du film du Canada en est cette année à sa 11e saison. Conçu à l’intention des animateurs émergents, il a contribué à lancer la carrière de certains des animateurs canadiens les plus réputés. En visitant ONF.ca, les férus d’animation pourront gratuitement faire la découverte de six nouveaux courts métrages conçus par la toute dernière génération des « finissants » de Hothouse.

Travail à distance

Pour la première fois, les participants avaient la possibilité de travailler à distance avec le studio d’animation oscarisé de Montréal par l’intermédiaire du centre de production de l’ONF le plus proche. Cette année, les talents émergents nous viennent donc véritablement de partout au pays : Curtis Horsburgh, de Victoria, Rhayne Vermette, de Winnipeg, Catherine Dubeau et Pascaline Lefebvre, de Montréal, Lorna Kirk, de Halifax, et Duncan Major, de St. John’s.

Found Sound 2.0

Les courts métrages de Hothouse 11 ont pour thème « Found Sound 2.0 » (« Sons dénichés 2.0 »), une reprise du concept à succès de l’an dernier, lequel consistait à trouver sur le Web des clips audio susceptibles de stimuler la créativité des participants. Cette année, le programme comporte un élément nouveau : les participants peuvent utiliser l’un des 14 clips audio présélectionnés ou proposer un extrait sonore de leur choix. Puisque « Sons dénichés » mise sur la satire et la subversion, les candidats utilisent la dimension sonore à leur guise pour enclencher une démarche de création : libre à eux de réinterpréter, de commenter ou de jouer avec le sens d’origine.

Cette année, c’est au réalisateur, animateur et concepteur originaire de Calgary Malcolm Sutherland qu’on a confié le rôle de mentor. Aujourd’hui établi à Montréal, Malcolm travaille dans les domaines du cinéma, de la télévision, des publicités Web et des vidéoclips. Il a pris part au tout premier Hothouse et est le premier ancien participant à revenir en qualité de mentor.

Films du Hot House 11

  • Fyoog relate un rêve à propos d’un train inspiré par des sons enregistrés dans une voiture du métro de Toronto. Cet hybride surréel d’animation image par image et de 2D est signé Curtis Horsburgh, de Victoria.
  • Lui, des dessins au charbon dépeignent de manière touchante la solitude et le bouleversement d’un enfant cherchant refuge dans une zone de guerre. Lui, le court métrage fort à propos qu’a réalisé Lorna Kirk, de Halifax, explore au moyen d’une voix anonyme et mécanique le sentiment d’impuissance qui pèse sur les réfugiés.
  • Un nouveau père apprend des choses sur la liberté d’expression et le pouvoir du lâcher-prise dans Petit Big Bang, créé par Duncan Major, de St. John’s. S’inspirant de la voix de son petit garçon de quelques mois ainsi que d’une voix adulte, le cinéaste a imprimé son film manuellement sur une ancienne table d’impression en utilisant des blocs de linoléum gravés à la main.
  • Partant de la voix impersonnelle d’une personne donnant un cours d’anglais, Tête-Mêle, de la Montréalaise Catherine Dubeau, présente une descente visuelle dans la folie propulsée par l’effort de garder sa tête, même lorsque cela semble presque impossible.
  • Inspiré par des enregistrements de bébés, Poupons, réalisé par Pascaline Lefebvre, de Montréal, jette un regard sur le comportement étrange des gens qui s’entraînent dans une salle de sport.
  • Une apparition se révèle à travers la pellicule dans OVNI, de Rhayne Vermette. La cinéaste de Winnipeg s’est inspirée de sons captant la découverte d’un mystérieux phénomène céleste. Les spectateurs ont-ils bien interprété ces signes ou ont-ils mal entendu le message?

 

Productrice, Maral Mohammadian

Hothouse 11 est produit par Maral Mohammadian pour le Studio d’animation de l’ONF. Jon Montes est le producteur délégué. Teri Snelgrove (productrice déléguée, Studio de la Colombie-Britannique et du Yukon, Vancouver), Alicia Smith (productrice, Studio du Nord-Ouest, Winnipeg), Paul McNeill (producteur, Studio de l’Atlantique, Halifax) et Kelly Davis (productrice déléguée, Studio de l’Atlantique, St. John’s) ont travaillé avec les participants dans leur territoire respectif.

Malcolm Sutherland

À l’instar de Malcolm Sutherland, certains des animateurs les plus applaudis du Canada ont fait leurs débuts dans le cadre du programme Hothouse, y compris Patrick Doyon, nommé pour un Oscar pour son court métrage d’animation Sunday/Dimanche, et Howie Shia, dont le court métrage Flutter, produit par l’ONF, a reçu le grand prix des entrées libres aux récompenses du dessin animé à Tokyo (Tokyo Anime Awards). Au total, 72 films ont été produits jusqu’à maintenant dans le cadre de Hothouse. On peut les visionner et se renseigner sur les participants des programmes antérieurs sur le site Web de Hothouse.

« Le Hothouse de cette année s’est révélé le plus difficile que nous ayons connu jusqu’à présent. Nous avons voulu adopter une approche plus populaire et rendre le programme accessible à des gens qui, pour quelque raison que ce soit, n’avaient pas le privilège de tout laisser derrière pour venir passer trois mois à Montréal. Mais comment allions-nous nous y prendre pour appuyer les cinéastes à distance et les amener à jeter les bases de futures productions avec le studio de l’ONF et la communauté du cinéma dans leur propre région, sans pour autant compromettre la qualité du stage, laquelle repose dans une large mesure sur le savoir-faire du Studio d’animation? La démarche a nécessité un important effort collectif auquel ont participé des équipes de cinq studios situés dans des fuseaux horaires distincts du pays. Nous avons découvert des talents incroyables : nous sommes on ne peut plus fiers. »
– Maral Mohammadian, productrice

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / animation / Cinéma / medias numériques / vidéo