fbpx

Le chantier des possibles : une fabuleuse histoire de ténacité et de solidarité

Le chantier des possibles d’Ève Lamont: une fabuleuse histoire de ténacité et de solidarité, en salles dès le 18 octobre

 

***

 

La première montréalaise du documentaire Le chantier des possibles d’Ève Lamont s’est déroulé hier à la Cinémathèque québécoise en présence de Benoit Dorais, maire du Sud-Ouest, Philippe Roy, maire de Ville Mont-Royal, Sophie Thiébaut et Craig Sauvé, conseillers de l’arrondissement Sud-Ouest, ainsi que des représentants des organismes de la CSN, du FRAPRUBâtir son quartier et 7 à Nous

Crédit photo : André Querry

***

Les Productions du Rapide-Blanc soulignent la sortie du documentaire Le chantier des possibles réalisé par Ève Lamont.

Après le succès de ses précédents films (Le commerce du sexe en 2015, L’imposture en 2010 ou encore Squat! En 2002), la réalisatrice militante revient avec un documentaire sur le quartier Pointe-Saint-Charles à Montréal.

 

***

Pointe St-Charles

Surnommé affectueusement La Pointe, Pointe-Saint-Charles est un quartier populaire du sud-ouest de Montréal. Longtemps le plus gros secteur industriel du Canada, Pointe-Saint-Charles est déserté par ses usines, au milieu du 20e siècle. Dès cette époque, les habitants confrontés au chômage et à la pauvreté se relèvent les manches pour conjurer le sort et prendre soin de leur monde.

 

Boom immobilier

Mais depuis quelques années, alors que les tours à condos de luxe poussent comme des champignons aux abords du canal Lachine, cet ancien secteur industriel est pris d’assaut par les promoteurs immobiliers. Menacés d’exclusion par un boom immobilier d’une ampleur encore jamais vue, la communauté s’accroche et tient bon pour sauver son quartier et son monde. Les résidents de La Pointe se regroupent pour mettre de l’avant une vision de développement urbain, axé sur le logement social et les projets communautaires.

 

Cité des bâtisseurs

Alors que des militants de la première heure font construire une résidence à but non lucratif pour les aînés du quartier, la Cité des bâtisseurs, un groupe de résidents unissent leurs efforts pour sauver de la démolition un ancien atelier du CN. Le bâtiment 7, un immense édifice patrimonial, devient le catalyseur d’un vaste projet collectif regroupant des activités sportives et culturelles, des ateliers de création et de diffusion artistique et des espaces d’agriculture urbaine pour répondre aux besoins de la population. Une fabuleuse histoire de ténacité et de solidarité.

 

Le film prend l’affiche à Montréal à La Cinémathèque Québécoise le 18 octobre. Une fois par semaine, il sera diffusé dans sa version anglaise afin d’aller rejoindre l’importante communauté anglophone de Montréal, également touchée par les problèmes liés à la gentrification. La réalisatrice sera présente après certaines projections pour répondre aux questions du public, et sera parfois accompagnée d’un membre du collectif 7 à Nous.

Ève Lamont

« Au fil des ans, j’ai documenté le réel des « résistants » d’un quartier ouvrier qui ne sera jamais plus le même. Je l’ai regardé avec ma lorgnette de documentariste qui souhaite sortir de l’ombre l’histoire populaire, avec mon regard de réalisatrice et camérawoman. Je me suis sentie attachée et complice de ce village à la fibre gauloise, en porte-à-faux au cynisme ambiant, et qui va de l’avant en n’oubliant pas le proverbe « l’Union fait la force ». Je crois avoir signé un film bien personnel en y mettant mon âme avec celle d’un quartier qui refuse de mourir. » Ève Lamont, cinéaste.

 

La production

Produit par Amélie Lambert Bouchard et Sylvie Van Brabant pour Les Productions du Rapide-Blanc, en collaboration avec Canal D, Le chantier des possibles est réalisé par Ève Lamont qui l’a scénarisé et en a assuré la direction de la photographie. La musique originale est une composition de Nicolas Letarte-Bersianik, Daniel Toussaint a créé la conception sonore et Louise Dugal a œuvré au montage. Le film a bénéficié de la participation financière des programmes de crédit d’impôt fédéral et provincial, du Conseil des arts du Canada, de la SODEC, du FMC et de la CSN.

 

À propos des Productions Rapide-Blanc (distribution)

 

Produit par Amélie Lambert Bouchard et Sylvie Van Brabant pour La Pointe de Vue Inc., en collaboration avec Canal D, Le chantier des possibles est réalisé par Ève Lamont qui l’a scénarisé et en a assuré la direction de la photographie. La musique originale est une composition de Nicolas Letarte-Bersianik, Daniel Toussaint a créé la conception sonore et Louise Dugal a œuvré au montage. Le film a bénéficié de la participation financière du Conseil des arts du Canada, de la SODEC, du FMC et de la CSN, des programmes de crédit d’impôt provincial et fédéral et du soutien de l’arrondissement du Sud-Ouest de Montréal.

 

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Cinéma / documentaire / sortie en salle