fbpx

Lettre ouverte à la ministre de la culture et des communications Nathalie Roy

L’objectif de la lettre est d’assurer que la relance en culture soit inclusive, paritaire, et que les artistes, groupes et entreprises culturelles autochtones et de la diversité puissent en bénéficier.

Mme Nathalie Roy
Ministre de la culture et des communications
Gouvernement du Québec

Madame,

Le mois dernier, votre gouvernement a annoncé un Plan de relance de 400 millions de dollars pour aider le secteur culturel à surmonter les effets de la pandémie. Cet investissement exceptionnel montre que vous valorisez les artistes et reconnaissez l’importance des activités et produits culturels. Le Québec a été rudement éprouvé par la pandémie et la reprise des activités du secteur culturel aura des retombées sociales et financières considérables.

Cependant, il est un peu décevant de constater que rien ne semble être mis en place pour assurer que cette relance soit inclusive, paritaire, et que les artistes, groupes et entreprises culturelles autochtones et de la diversité puissent en bénéficier. 

Le Plan de relance parle d’un nouveau départ – nous en avons tous besoin. Il se donne pour but de stimuler la production de « contenu culturel de nos artisans et nos créateurs [] reflétant notre société ». Nous ne doutons pas que les mesures et les termes employés se veulent englobants et bienveillants, mais force est d’admettre qu’il reste encore beaucoup de travail pour que la culture québécoise reflète la richesse et la diversité de ses artistes et de son tissu social. Et ce travail ne peut être accompli sans l’engagement du Ministère et des bailleurs de fonds. 

Puisque l’essentiel de l’investissement en question sera administré par la Sodec, le CALQ et le Ministère lui-même, nous aimerions vous suggérer d’être attentifs à cette réalité, voire de songer à des mesures pour favoriser l’accès des écrivains et artistes autochtones et des minorités à ces généreux fonds. Plus particulièrement, puisque la situation des femmes vous tient sûrement à cœur, gardez en tête que les femmes de ces groupes rencontrent un double écueil dans leur avancement professionnel ; une mesure les incitant à appliquer nous évitera de perdre des acquis encore fragiles.

À titre d’exemple, la Ville de Montréal a rendu public le rapport de sa Consultation sur le racisme et la discrimination systémiques dans les compétences de la Ville. Dans ce rapport paru le 15 juin, on reconnaît que la discrimination envers les personnes racisées et autochtones subsiste, et on propose des mesures pour tenter d’y remédier. En ce qui concerne la culture, nous saluons la recommandation #26 qui préconise de fixer des cibles claires pour assurer un meilleur financement des artistes racisés et autochtones, ainsi que de produire un bilan annuel afin de mesurer la progression de l’atteinte de ces cibles. [1]

Le Ministère a accompli un travail admirable en mettant sur pied six comités sectoriels dans le but de préparer cette relance. Lesdits comités comprennent pratiquement tous les regroupements et associations professionnelles, mais nous sommes inquiets de n’y voir aucun regroupement culturel dont les mandats concernent spécifiquement la condition féminine, la diversité et les artistes autochtones.  [2]

Les femmes et les Québécois des minorités ont joué un rôle crucial dans la traversée de cette pandémie – occupant une grande partie des postes considérés essentiels, fournissant des soins, gardant le fort à la maison. Paradoxalement, les recherches et analyses indiquent de façon plutôt unanime que ces mêmes personnes seront les plus durement frappées dans l’après-coup.

Il y a eu bien des remous sur la question du racisme et de l’exclusion ces derniers temps. Notre premier ministre y a répondu en préconisant l’action et le regard vers l’avenir. C’est ce que les groupes signataires font depuis des années, des décennies. Aidez-nous à bâtir une culture plus inclusive, solidaire et résiliente. Dans le contexte actuel, plus que jamais, la parité hommes-femmes et la représentation de la diversité doivent demeurer des priorités pour le Ministère et ses bailleurs de fonds.

 

[1] P. 33, Résumé du rapport de la consultation sur le Racisme et la discrimination systémiques dans les compétences de la Ville de Montréal, juin 2020, Office de consultation publique de Montréal.

[2] Le Secrétariat à la diversité culturelle du Ministère ne figure pas dans ces consultations et le contenu de sa page web ne fait part d’aucune initiative récente.

 

Bien à vous,

 

Réalisatrices Équitables

Femmes du cinéma, de la télévision et des médias numériques (FCTMN)

Festival Vues d’Afrique

Terres en vues (Festival international Présence autochtone)

Diversité artistique Montréal (DAM)

Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ)

L’Observatoire du documentaire

DOC Québec

Isuma Distribution / IsumaTV

***

Partager cet article

Plus d'articles dans Actualités / Avis à l'industrie / Cinéma / Financement / medias numériques / Télévision / websérie